Illustrations pour le livre du JDR- les premiers dessins noir&blanc

Voici les premières illustrations, versions définitives et que j’ai commenté pour les situer dans un contexte, pour le livre du JDR Les Chants de Loss :

trio-1100Trois spadassins typiques d’Armanth, montrant un look général assez coutumier dans le monde de Loss, issue des modes et des nécessités de la guerre et du voyage maritime. On remarquera le le kilt et la jupe pour homme, des modes courantes, portées par dessus un pantalon, et parfois un simple caleçon. Ils portent des pistolets-impulseurs plutôt imposants, et sont bien sûr armés de sabres et de glaives.

trio2-loss

Trois looks de citoyens de l’Hemlaris, l’Empire du trône de Rubis. De gauche à droite un marchand de l’Hemlaris, un officier supérieur des Guerriers de l’Empereur, et un ambassadeur en tenue de cour. La coutume de la jupe, du kilt ou de la robe pur les hommes de Loss vient en partie d’eux, mais aussi des coutumes vestimentaire des Nomades des Franges, cousins des Athémaïs. On notera les manches bouffantes, très typiques de la mode Hemlaris, ainsi que le col-foulard sous leurs tuniques. L’officier porte une arme d’écailles, et de linotorci renforcés de plaques décoratives et vernis. Le marchand a sans doute un doublage de linotorci à sa tunique de cuir, vu sa rigidité.

 

trio3-1100

Trois looks féminins, de gauche à droite une artisane en robe de fête, une aristocrate d’Armanth et son bâton de parole, et une Femme d’Epée des Cités-Unies en uniforme d’apparat, et son arc à poulie. Celle dernière ne combat sans doutes pas avec une telle tenue complète, et y rajouterai un plastron ou un gilet de linotorci. Le pantalon sous la robe de l’aristocrate est une habitude vestimentaire courante dans les robes fendues et parfois évanescentes du style vestimentaire des riches armanthiens et athémaïs. L’artisane, en comparaison, porte quelque chose de nettement plus simple et coutumier. Les bras nus ne sont pas rares, mais on trouvera moins fréquemment des cols ouverts et poitrines pigeonnantes. Et jamais ni ventre, ni jambes dévoilées.

 

dragensandgirl-1100

Sur cette scène, c’est un jeune dragens. Ça se voit à ses cornes encore courtes et peu développées, et à sa petite taille : il doit faire 1m60 au garrot environ. Il n’a pas fini de pousser et pourra prendre encore aisément 100 kg de structure musculaire, et 30 à 40 cm au garrot. Et si c’est une femelle alpha, on peut compter carrément 150 kg et 50-60 cm de plus. La jeune femme est une  dragensmann, elle a des allures de chamanes de ce peuple. Si c’est sa cavalière, elle le restera pour longtemps. Les dragens n’acceptent qu’un seul cavalier pour la vie. Ils tolèrent aisément charges et passagers -mais seuls les plus gros supportent aisément le poids de deux personnes et leur barda- mais malheur à celui qui croit pouvoir les monter et les diriger. Et la relation entre le dragens et son cavalier est telle qu’il est impossible quand le cavalier décède, de le remplacer.

 

pistolets-1100

Et enfin quelques exemples de pistolets à impulsion, dont nous parlons dans un autre article dédié.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :