Les Dragensmanns

Guerriers-cavaliers blonds, massifs et grands, monteurs de chevaux et des dragens vivant dans des terres froides et rudes, non loin du cercle arctique. Ce sont des hommes braves, fougueux et colériques, de tradition chamanique. Les femmes guerrières y sont communes. Farouchement opposés à l’Église du Concile, ils sont en permanence en guerre contre l’Hégémonie d’Anqimenès.

Apparence générale : de type Scandinave, entre 1m85 pour les femmes et 2m10 pour les hommes, à la peau claire, souvent les cheveux blonds. Mais on trouve aussi des Dragensmanns aux yeux et aux cheveux noirs, surtout chez les Eleksmans, éleveurs de chevaux et de troupeaux de sika. Les roux ne sont pas rares, puisque les Dragensmanns ne les considèrent pas comme des démons.

Traits de personnalité : fougueux, aventureux, téméraires, assez belliqueux, facilement irritables, explorateurs. Les Dragensmanns ont un respect cultuel très fort pour les animaux et la vie sauvage, et évitent autant que possible tout surexploitation de ressources naturelles.

Langage : Le Kaergen, dont l’alphabet runique, le Kaerg, comporte 44 lettres. A noter que jamais un Dragensmann ne grave en vain de Kaergs sur une surface, ce serait attirer dangereusement les esprits.

Vertus : Avant tout le Courage, puis la Sagesse. C’est un peuple aventureux d’explorateurs et d’hommes curieux, réputé et non en vain téméraire. L’Honneur chez les Dragensmanns est lié au respect de sa parole et de sa famille. Mais ils mentent, trompent et volent sans vergogne et font montre d’assez peu de pitié avec des étrangers.

Organisation : Monarchie clanique. Ce sont par les filles ainées des rois et chefs de clans que passe la succession, celles-ci choisissant leur futur époux qui sera le nouveau chef de clan. Les femmes, même si sous la tutelle familiale, sont donc grandement respectés et écoutées. Les rois et chefs ont toujours un conseil influent, où dominent la sagesse et la parole des chamans.

Religion : religion chamanique en grande partie informelle (le culte n’est pas l’apanage d’une élite) qui renie totalement les principes de l’Église du Concile. Les Dragensmanns sont proches de la nature, des ancêtres et des forces naturelles, invoquant aussi bien les esprits de la terre, de la mer et des bois, que des divinités comme Jormungen, le seigneur des dragens, Wotan, le père des dieux, Adda, sa femme et protectrice de la famille, ou encore Ilmater, déesse des guerrières et des jeunes mères et son frère Thor, seigneur des tempêtes et de la furie et dieu des combattants.

Ennemis & alliés : les Dragensmanns sont ennemis mortels avec toute l’Hégémonie et ne cherchent jamais à discuter avec eux. Soit ils les fuient, soit ils les attaquent. Ils ont des liens forts et historiques avec les Forestiers avec qui ils font souvent commerce et alliance, mais commercent et échangent aussi avec l’Etéocle. Enfin, nombre de réfugiés Svatnaz vivent désormais dans les clans Dragensmanns.

Capitale : Dragensvard, puissante place-fort bâtie à flanc de falaise sur la côte, disposant d’un vaste port et du plus grand rassemblement connu de monteurs de dragens. Il y vit environ 75 000 personnes.

Production & commerce : en plus de la laine et de la peau de sika, les Dragensmanns échangent leur acier d’une qualité exceptionnelle et réputée partout. Ils exportent aussi des chevaux et des huiles et composés bioluminescents extraits de mammaliens marins et côtiers de la zone arctique. Enfin, ils produisent et vendent en faible quantité de sang-de-feu, un kérogène puissamment inflammable.

Notes culturelles : Les Dragensmanns pratiquent l’esclavage, mais l’affranchissement et l’adoption dans le clan après quelques années est quasi systématique. Les Dragensmanns considèrent les Terriens perdus sur Loss comme un présage de bon augure, et s’ils les asservissent, ils les traitent avec respect, les considérant comme de caractère sacré, et les appellent les Oubliés. La société Dragensmann est relativement égalitaire : pas loin d’un tiers des combattants sont des femmes, même si elles le restent rarement une fois qu’elles ont des enfants ; et les hommes respectent les femmes, voire apprennent à craindre leur colère et leur solidarité. Les Chanteurs de Loss sont libres, mais sous la tutelle et la surveillance des chamans.

Noms :

  • Masculins : Ervain, Sven, Renson, Odgarson, Alfard, Dunmar, Baradhuin, Hank, Khanmor, Thorson, Cudrein, Thomarson, Brajar, Angvar.
  • Féminins : Alyn, Brigid, Elain, Cuthmeia, Tharya, Ledda, Iris, Berena, Seren, Greda, Thebga

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :