Les Hégémoniens d’Anqimenès

Disciplinés, autoritaires, sexistes et orgueilleux, d’origine nordique et slave, ce sont les habitants du grand Empire religieux et conquérant dont Anqimenès est la capitale. Ils sont les plus importants et dévoués fidèles de l’Église du Concile et considèrent comme légitime et juste que le reste du monde devrait vivre sous leur joug. L’Hégémonie est sans conteste à la fois l’un des lieux les plus civilisés au sens urbaniste du terme que l’on peut trouver dans le monde de Loss, et à la fois la société la plus militarisée qui se puisse trouver. Pratiquement un habitant sur huit est, de près ou de loin, membre de la structure religieuse et militaire des légions et de l’Eglise. C’est enfin sans conteste le peuple le plus sexiste des Mers de la Séparation.

Apparence générale : Des nordiques à la carrure imposante mais moins puissante d’apparence que les Dragensmanns (1m80 à 2m05). Leurs cheveux sont majoritairement noirs ou bruns, les blonds sont assez peu répandus, mais les yeux bleus sont très fréquents.

Traits de personnalité : Racistes, disciplinés, cultivés, méfiants, fiers, religieux, sexistes, traditionnalistes, industrieux et militaristes. Le peuple est particulièrement craintif, voire servile, devant tout représentant de l’Église.

Langage : Le Qemedius, langue académique encore récemment très répandue dans la littérature érudite et scientifique des Mers de la Séparation. La complexité de sa grammaire écrite –son alphabet emploie à la fois un système alphabétique, syllabique, et des idéogrammes- est légendaire.

Vertus : l’Honneur avant toute chose, aussi bien dans le respect des traditions, des lois, de la hiérarchie, que de la position sociale. Le respect de l’honneur Hégémonien, bâti sur des lois pesantes issues des Dogmes de l’Eglise, est même véritablement étouffant et participe à l’absence de liberté et de fantaisie que ressent tout étranger venant voyager à Anqimenès. La Sagesse est, paradoxalement pour un peuple qui s’enorgueillit de sa culture sans pareille, finalement peu considérée sauf au sein des hautes autorités de l’Eglise et sous le contrôle de ses Dogmes. A noter que la plupart des Hégémoniens ne savent pas du tout lire.

Organisation : Les Prophètes ne règnent pas sur l’Hégémonie, dirigée par deux Consuls élus tous les quinze ans. Mais le pouvoir de l’Eglise s’étend à toute l’administration. L’empire et ses cités est dirigé par des sénats aux ordre du Consulat ; ce dernier est à la tête d’un Sénat central où seuls peuvent siéger des aristocrates membres vétéran de l’Ordinatori ou de l’Eglise. Le pouvoir s’acquière au mérite et se maintient par népotisme, toujours à la condition d’être membre de l’Ordinatori ou de l’Eglise. Les femmes ne peuvent jamais accéder à des responsabilités, elles sont considérées mineures et dépendantes toute leur vie, exception faite de quelques officiers militaires.

Religion : La religion de l’Église du Concile dans sa version la plus orthodoxe. Les Hégémoniens ne laissent pas la moindre place à toute autre forme de foi, et n’admettent pas la moindre apostasie ou réinterprétation des Dogmes. L’inquisition de l’Église est sans pitié dans l’Hégémonie à tout écart aux lois et interdits du Concile et a immensément plus de pouvoir que les autorités judiciaires civiles.

Ennemis & alliés : si le plus grand ennemi de l’Hégémonie est l’Hemlaris, les choses changent beaucoup et l’empire réalise que pour détruire le Trône de Rubis, il doit abattre Armanth ce qui implique l’Athémaïs et ses alliés. Son autre ennemi inexpugnable sont les Dragensmanns. Mais la moitié des Mers de la Séparation n’aime pas du tout l’Hégémonie, qui le leur rends bien. Son principal allié est finalement le nord des Plaines de l’Etéocle, et dans une moindre mesure les Cités-unies. Cependant, l’Hégémonie commerce avec tout le monde, pour satisfaire à ses besoins dévorants de ressources.

Capitale : Anqimenès, la plus grande cité connue, avec près de 2 millions d’habitants. C’est aussi la plus organisée et la plus fortifiée, protégée par trois séries de remparts culminant à trente mètres de haut.

Production & commerce : Anqimenès importe bien plus qu’elle n’exporte. Ce qu’elle produit en quantité est avant tout de la métallurgie, dont le titane, puis de l’équipement militaire (réputé le meilleur au monde) de toutes sortes, des produits de luxe -technologies au loss-métal, draperie, ébénisterie, parfums, esclaves, orfèvrerie et bijouterie. Elle produit beaucoup d’agriculture et exporte vin, bière et autres alcools.

Notes culturelles : la culture hégémonienne est absolument patriarcale ; elle ne laisse aucun pouvoir ni droits aux femmes, qui y sont considérés comme des êtres inférieurs. L’esclavage de nombre d’entre elles est particulièrement sordide et concerne pas loin de 10% de la population féminine. C’est aussi la culture qui emploie le plus d’esclaves de travail : être captif ou prisonnier de l’Hégémonie conduit à un asservissement funeste et pénible qui ne laisse pas beaucoup d’années d’espérance de vie.

Noms :

  • Masculin : Ragus, Flavius, Andro, Semerain, Numerom, Qintus, Gonord, Arismus, Ballard, Caeso.
  • Féminin : Auria, Verbe, Tinis, Emetia, Nome, Armanda, Gerepis, Nesime, Tertie, Nemetia, Avilae.

2 réflexions sur “Les Hégémoniens d’Anqimenès

  • 26 décembre 2015 à 12 12 17 121712
    Permalien

    Ca se sent que j’ai écris ce texte (c’est encore une BETA ) quand j’étais encore malade… Va falloir faire une relecture à grand coup de hache pour virer les redites, lourdeurs et répétitions.

    Répondre
  • 29 décembre 2015 à 16 04 09 120912
    Permalien

    Un peuple particulièrement sympathique… J’aime toujours autant ton monde, complètement fascinant, Axelle ! Bises !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :