Les Anciens & les artefacts

Ce qui suit fait partie des secrets de Loss et de son métaplot, mais de manière indirecte, et aborde un des sujets les plus passionants du monde de Loss. Dans la mesure où ces informations ne révèlent pas de données majeurs ou sensibles sur les secrets à ne pas dévoiler aux joueurs et ne contiennent pas de spoil du contenu des romans, J’ai pu, après quelques censures nécessaires quand même, vous partager l’article.

Une chose que nous avons donc clairement établie et que savent plus ou moins tous les lossyans, c’est qu’ils ne sont pas les premiers êtres à venir des étoiles. Avant les prémices de leur histoire, écrite ou contée, se situe un âge perdu où d’autres civilisations ont vécues avant d’être littéralement effacées. Il ne reste d’elles que des ruines, pratiquement toutes profondément ensevelies sous les racines des forêts et des montagnes de Loss. Les lossyans nomment les êtres de ces civilisations perdues les Anciens. Ce qu’ils sont bien moins nombreux à savoir, c’est qu’il n’y a pas eu qu’une civilisation des Anciens. Et qu’ils n’étaient pas humains.

1- Ce que les lossyans savent

Cachés au plus profond des forêts et des montagnes de Loss, se trouvent des accès à des ruines englouties dans des cavernes profondes, repaire de créatures dangereuses et remplies d’esprits, de fantômes et de démons. On ne connait l’emplacement que de très peu de ces ruines, mais elles recèlent les décombres de cités et de forteresses dont l’architecture et la construction ne ressemblent à rien de connu et regorgent de trésors étranges et magnifiques, autant que de périls mortels.

Bref, le jeu en vaut la chandelle quand on trouve une de ces ruines ensevelies et qu’on a le courage et les moyens de les explorer. Le premier des trésors qu’on peut en ramener vaut à lui seul le risque que cela représente : les ruines anciennes cachent beaucoup de loss-métal et souvent du loss-cristal, qui n’existe nul part ailleurs que dans ces ruines, les deux sous forme d’objets et de structures dont la nature et l’usage échappent quasi totalement aux lossyans. Mais quand on sait que parfois, cela peut dépasser des dizaines de kilos de métal quasi pur, cette idée de richesse dépassant l’imaginable suffit à comprendre l’attrait que ces ruines de légendes ont sur les explorateurs lossyans.

Et si ces trésors ne suffisaient déjà pas en soi, les ruines des Anciens cachent des merveilles technologiques et artistiques aux fonctions inconnues, aux formes étranges et au rôle indéfinissable, souvent d’une beauté saisissante et dont l’étude a permis quelques formidables avancées scientifiques, comme la technologie des armes à impulsion et des moteurs à lévitation. Dans une certaine mesure, une partie de la science la plus avancée du monde de Loss provient de l’étude de ces artefacts. Nous reviendrons plus tard en détail sur ce sujet.

Il y a cependant une autre chose connue, c’est le danger potentiel de tout ce qui vient de ces ruines. La plupart du temps il est impossible de savoir à quoi servent les objets qui en proviennent, mais ils ont souvent de fortes propensions à être mortels. Certains explosent, d’autres tuent par irradiation, certains contiennent des gaz toxiques et il y a même des automates Anciens qui massacrent tout ce qui approche de leur périmètre. Ramener un artefact et l’étudier est un péril évident qui peut mal se terminer.

2 L’Eglise et les Anciens

L’Eglise du Concile Divin a une seule politique vis-à-vis des Anciens et de leurs ruines : ce sont des lieux dangereux, maudits, attirant sur ceux qui y pénètrent et leurs proches les pires maux ; il ne faut pas les approcher. C’est une partie du contenu du 4e Dogme de l’Eglise. Celle-ci n’interdit pas qu’on veuille en savoir plus sur les Anciens, mais place cette recherche sous son contrôle. Le trafic et la possession d’Artefacts sont interdits selon ses règles et c’est en effet très mal vu.

Mais le fait est que l’Eglise étudie elle-même les Artefacts, surtout celle d’Anqimenès, mais aussi bien celle de Nashera et des Plaines d’Etéocle, ou encore les savants de l’Hemlaris sous la surveillance (relative) de leur clergé. Sans compter la richesse des matières premières rare, de ces ruines, les bénéfices dans la recherche scientifique et technique sont trop importants pour que l’Eglise ferme les yeux. Elle réquisitionne d’ailleurs tous les artefacts qu’elle trouve entre les mains de contrevenants et trafiquants quand elle a l’autorité nécessaire pour intervenir. Et si elle n’a pas cette autorité, il lui arrive même de faire de son mieux pour les acheter ou les voler !

Quant à l’explication que fournit l’Eglise sur l’existence de ces ruines et de la raison pour laquelle celles-ci sont toujours enterrées, elle est limitée mais reste inchangée depuis ses débuts : ces peuples ont failli au regard des Hauts-Seigneurs du Concile Divin et ont tous chuté sans qu’aucun d’entre eux n’ait jamais rejoint les Etoiles. Les Dieux d’alors ont ainsi effacé leur existence mais le Concile Divin, dans sa grande générosité, a décidé de laisser ouverts des moyens d’atteindre ces ruines pour que l’homme puisse, sous le regard vigilant de l’Eglise, en extraire ses bienfaits, à la condition de ne jamais tenter d’imiter les Anciens et leurs blasphèmes. Blasphèmes qui sont à priori en relation avec les capacités et dangers mortels des Artefacts, sans que l’Eglise n’entre dans le détail.

On peut d’un autre coté douter des explications et motivations de l’Eglise, qui d’une part étudie ces artefacts, d’autre part en a comme tout le monde tiré profit du point de vue scientifique et technique. Et ce sujet est d’ailleurs un des principaux points d’achoppement entre l’Eglise et la Guilde des Marchands qui, même si elle ne le dit pas officiellement, encourage les expéditions pour rechercher de nouvelles ruines à explorer et exploiter et les savants et génies qui veulent étudier les artefacts. Il y a toute une concurrence souterraine à la détention et l’exploitation des artefacts les plus intéressants et utiles et il n’y a guère besoin d’effort pour imaginer que les uns et les autres engagent mercenaires, espions et montes-en-l ’air pour s’emparer des découvertes de ses rivaux.

2- Les Anciens

Les lossyans ne savent rien de la nature et de la morphologie des Anciens. Personne jusqu’ici n’est apparu pour proclamer qu’il avait pu trouver un mausolée, des tombes ou même des restes permettant de savoir à quoi ils ressemblaient. Quand on trouve des cadavres dans des ruines Anciennes, ce sont le plus souvent ceux d’explorateurs malchanceux ; si des lossyans ont trouvés des restes des Anciens, ils se sont bien gardés de s’en vanter. Pourtant à force d’études, érudits et chasseurs d’artefacts sont parvenus à quelques conclusions que nous allons développer ici.

2-1 Les Anciens ne sont pas humains

Ce qui a longtemps troublé les lossyans, c’est que rien de ce qu’ils pouvaient trouver dans les ruines des Anciens ne semblait vraiment adapté à la manière dont l’homme travaille, se repose, se meut ou saisit des objets. La conclusion, au départ refusée avec véhémence, a commencé à s’imposer récemment dans les cercles intellectuels de chercheurs surtout dans les académies d’Armanth : les Anciens ne sont pas des humains. Des humanoïdes sans doute, qui devaient avoir une morphologie ressemblant plus ou moins à celle de l’homme, mais qui n’en étaient pas du tout. De cette conclusion, qui est toujours discutée et régulièrement mise en doute, y compris par les plus prestigieux savants et intellectuels qui refusent une idée aussi absurde de formes de vie civilisée qui ne seraient pas humaines, en a débouchée une autre : selon les ruines explorées et leur Artefacts étudiés, les Anciens n’ont clairement pas la même physionomie. Il y a bel et bien au moins deux formes d’Anciens différents, que certains génies ont tentés de représenter dans des gravures et peintures, qui ne sont d’ailleurs pas du goût de l’Eglise, et le plus souvent restent cachées au regard du publique.

2-2 Trois civilisations distinctes

C’est un point très important. Il n’y a pas « les Anciens », mais au moins deux civilisations et deux espèces différentes qui sont apparemment de forme humanoïde, mais très clairement différente de la forme humaine. Et qui chacunes ont leur art, leurs formes, leurs représentations et leur technologie. Si les lossyans en sont toujours dans la plupart des cas à essayer de comprendre ne serait-ce que les bases de ces civilisations et de leur histoire à travers leurs ruines et leurs reliques, ils sont tout à fait désormais sûrs que les Anciens ont constitué trois générations successives de civilisations qui se sont éteintes l’une après l’autre. Ce qui pose bien sûr un grand nombre de questions, à commencer par qui était ces trois civilisations : pourquoi et comment ont-elles pu disparaitre et, surtout, pourquoi leurs ruines sont-elles enterrées avec une constance et un soin qu’on pourrait attribuer à quelque main divine ? C’est un sujet que nous avons abordé dans le Chapitre Les X’shantia, P …

Il est à noter qu’il est finalement facile de repérer les civilisations les plus anciennes :  ce sont les plus profondément enterrée : il arrive souvent que, dans les accès menant aux ruines souterraines des cités des Anciens, il y ait plusieurs couches différenciées : la plus ancienne cité ou structure a tout bonnement servi de fondation à une autre, et ainsi de suite. Le Labyrinthe d’Armanth, situé sous la ville et partiellement aménagés en égouts et caves n’est donc pas unique et les Anciens l’ont fait aussi avec leurs prédécesseurs.

La plus ancienne civilisation connue est si éloignée dans le temps et les strates géologiques qu’il est impossible d’arriver à estimer sa morphologie. Les vestiges sont si rares que les lossyans ne tombent dessus que par le plus grand des hasards et il ne reste pratiquement rien de valeur à trouver pour des explorateurs avides de richesses. La seule chose estimée, et encore très hypothétiquement, par des érudits, est que cela devait s’approcher d’humanoïdes très vastes et massifs.

Encart Apparence des loktyas et des Raxxas : Il y a des traces plus facile à interpréter des deux espèces et de leur civilisation. Les loktyas ressemblent à des vers insectoïdes, à huit pattes, mais avec des membres et des mains assez proches des organes humains, et une tête dont la morphologie générale reste comparable. Sans corps intact, difficile pour les Lossyans de se faire une réelle idée de cette espèce, mais quelques vestiges de crânes et membres ont été découverts ; cela a permis de savoir qu’ils n’étaient pas très grands. Quant aux Raxxas, sauf par leur taille moyenne de 2m50, ils sont très proches de la forme humaine au point de pouvoir être confondus de loin, les différences s’observent dans le détail anatomique. Les membres sont articulés de manière assez complexe et peuvent se replier en angles très variés, l’abdomen et le thorax sont indifférenciés en un tronc unique, fortement articulé et protégé par un endosquelette très couvrant. Quant à la tête des Raxxas, elle est effrayante et évoquerait quelque croisement entre un insecte carnassier et un dragon de légende, mais fondamentalement elle reste assez similaire à une tête humaine.

2-3 Une technologie avancée

C’est une évidence, mais qui va plus loin que son simple constat : les Anciens sont arrivés à des niveaux technologiques bien plus au-delà de la civilisation lossyanne contemporaine, et souvent au-delà de celle des humains du 21ème siècle. Une des preuves les plus évidentes s’il en est, c’est le loss-cristal, que les meilleurs savants concluent qu’il est forcément artificiel et le fruit de procédés complexes qui leur échappent totalement, au point d’évoquer l’usage de la magie ou du Chant de Loss.

Mais il n’y a pas que cela : c’est en étudiant certains artefacts que les lossyans ont réalisé de grandes percées en électricité ou encore compris qu’ils pouvaient créer des systèmes à lévitation et à répulsion devenus les navires lévitant et les armes à impulsion. La manière de travailler et raffiner le loss-métal doit beaucoup à l’étude des reliques de ces ruines, et les exemples pourraient encore être multipliés.

Mais une grande partie de ces merveilles technologiques est tout bonnement et pour le moment impossible à aborder pour la science lossyane. Cependant, savants, génies et expérimentateurs travaillent dès qu’ils en ont l’occasion, au mépris des périls que l’Eglise fait peser sur eux –quand elle ne les y encourage pas en secret ! –  à percer les secrets des Anciens, et leurs archives et connaissances en ce domaine s’accroit de plus en plus vite, au fur à mesure qu’ils exploitent un aide extérieur particulièrement précieuse.

2-4 Les Artefacts et les Terriens Perdus

Dans le domaine des progrès de la compréhension des Artefacts, ce sont certains Terriens Perdus qui ont joué un rôle majeur. Bien que très rares, quelques Terriens ont pu comparer des artefacts Anciens à leur propre expérience de la technologie avancée terrienne et ainsi constater que certaines machines leur étaient parfois plutôt coutumières :  les claviers, les interfaces diverses, les systèmes à commandes et entrée de fonction et les appareils à affichage digitaux, écrans et électroniques, ne sont en rien étonnants pour certains Terriens. La conclusion actuelle est que les civilisations Anciennes auraient eu un niveau technologique comparable à celui des Terriens. Bien que de toute évidence plus avancé, il ne l’était pas assez pour que cela leur soit totalement inaccessible.

Le plus grand écueil, mais cela a reste une grande percée pour les chercheurs lossyans, c’est le langage écrit des Anciens. Désormais, c’est vers son déchiffrement que nombre d’érudits se penchent avec acharnement avec l’aide des découvertes faites grâce aux Terriens Perdus ces dernières années, tout autant que grâce à l’essor des sciences dans la culture lossyanne. Et dans ce domaine, les intellectuels et les génies de l’Eglise rivalisent pour être les premiers à déchiffrer ces langues, ce qui pour le moment reste malgré tout hors de portée de qui que ce soit.

Encart : (censuré, réservé au livre du JDR)

3- Les Artefacts

Les Artefact Anciens seront abordés plus en détail dans le supplément Da Vinci-punk, nous les abordons ici succinctement. On peut résumer rapidement en simplifiant : il existe deux types d’artefacts.

  • Les artefacts culturels et artistiques: sans danger, du moins la plupart du temps, ce sont des objets aux formes et structures étranges, mais dont le point commun est leur beauté décorative ou leur intérêt culturel, comme certains supports couverts d’inscriptions ou bas-reliefs. Même si l’Eglise réprouve le commerce et la possession des Artefacts, elle tend à fermer les yeux sur ces objets et, de toute manière aurait du mal à en contenir le trafic auquel elle participe elle-même discrètement. Les Artefacts de ce type sont une sorte de luxe que tout homme riche et pas trop superstitieux se fait devoir de posséder par prestige.
  • Les artefacts technologiques : Ils sont plus rares, et le grand danger, c’est que personne en général ne sait ni comment cela fonctionne, ni ce que cela fait. Imaginez par exemple un moteur fonctionnant avec un composant radioactif démonté par maladresse, ou un dispositif explosif activé par ignorance. Vous aurez ainsi une assez bonne idée des risques pris avec ces artefacts. Paradoxalement, ils sont plus faciles à étudier que les artefacts culturels et ont permis aux lossyans bien des avancées techniques. Mais c’est au prix fort, puisque le risque est vraiment mortel et toujours inconnu. A ce sujet, l’Eglise ne fait officiellement aucune exception à son 4ème Certains de ces artefacts sont de petits objets dont l’usage a pu être compris et exploité, un des exemples est par exemple une lampe à cristal capable d’émettre la lumière d’une puissante ampoule électrique et ce avec une durée de vie si longue qu’on ne sait trop combien de temps elle peut fonctionner.

3-1 Le trafic des Artefacts

Les artefacts ont une valeur et ils peuvent même rendre riche qui essaye de les écouler, mais en fait, ils n’ont pas de prix. S’il y a des fournisseurs, des receleurs et des clients, le prix de chacun de ces objets est unique. Et souvent d’ailleurs sera-t-il en deçà de sa valeur réelle, un peu comme le serait un objet d’art ou archéologique à écouler sous le manteau au 21ème siècle.

La chasse au trésor

Comme on l’aura compris, quand on a pillé des ruines anciennes et qu’on y a trouvé des trésors, on évite, si on veut en profiter, de s’en vanter trop fort. Souvent, les explorateurs mettront de côté les objets les plus utiles, étranges ou intrigants tandis que le loss-métal et les métaux précieux seront fractionnés et fondus. Le loss-cristal est un cas compliqué, puisqu’il faut vraiment de très grands –et rares-talents dans les matériaux et les pierreries pour l’usiner et le tailler.

Ce qui permets de conclure que les expéditions les plus sérieuses et prolifiques sont menés par des gens très riches capables d’engager des Chasseurs d’Artefact, des Génies, des Erudits et les meilleurs guides et gardes qu’on puisse se payer pour parvenir à la réussite d’une expédition de fouilles, sans compter les Navigateurs et les moyens de transporter tout ce petit monde et le trésor convoité et les pots-de-vin qu’il faudra éventuellement verser pour que les autorités laïques et religieuses ferment les yeux. Et pour des expéditions organisées par l’Eglise c’est pareil ; c’est même plus discret encore, puisqu’elle contredit un de ses propres Dogmes en organisant ces fouilles.

Bien sûr dans une telle entreprise, les chercheurs et les explorateurs ne sont pas ceux qui engagent les frais les plus élevés et ce ne sont pas eux qui seront forcément les mieux rémunérés sur les parts de l’éventuel trésor trouvé. Mais on imagine sans mal que le coût de telles expéditions se monte en milliers d’andris, au moins. Mais au moins écouler les trésors trouvés est alors prévu d’avance et en général particulièrement bien organisé … et payé.

Quant aux expéditions modestes organisées par quelques individus téméraires et sans moyens, elles se finissent souvent mal à la première imprudence. Mais des explorateurs raisonnés parviennent à tirer des terribles risques pris de beaux butins, qu’ils devront alors s’évertuer de transporter de leur mieux et écouler avec leurs modestes moyens. Et là, il devient alors très important de connaitre de bons réseaux et des recéleurs.

Les réseaux & les receleurs

Il y en gros deux moyens d’écouler les artefacts Anciens : la Cour des Ombres et les Archivistes. Le premier est sans doutes le plus accessible mais aussi le moins rentable. C’est cependant le plus usité : il facilite énormément les moyens de monnayer ses trouvailles, mais vu les risques inhérents à ces trafics et les marges prises par les intermédiaires en conséquence, on ne peut jamais espérer tirer plus que le quart de la valeur réelle des trésors écoulés, y compris le prix brut du loss-métal.

Le second moyen est nettement plus difficile à exploiter : les Archivistes (voir le Chapitre les Sociétés Secrètes P …) sont très discrets, très rares, et ne s’intéressent qu’aux Artefacts technologiques ou à ceux sur lesquels trouver des écrits et des représentations. L’or, le loss-métal et même le loss-cristal, ils s’en fichent pour leur valeur intrinsèque, mais pourront s’intéresser à l’objet qui en contient. Les Archivistes sont compliqués à joindre, mais moins durs en affaire –d’ailleurs ils ont des relations, bien que dissimulées avec la Cour des Ombres- et leur fourguer des Artefacts qui les intéresse ou peut leur permettre de financer leurs activités est plutôt rentable. On pourra tirer la moitié du prix réel des trouvailles qu’on leur revend.

3-2 Quelques exemples

La pile à loss

Il est très rare de trouver isolément, ou de pouvoir extraire d’une structure ancienne une pile à loss. Son fonctionnement échappe totalement aux génies de loss, mais pas la manière d’en tirer son énergie à la manière des dynamos à loss-métal que les lossyans savent fabriquer. Mais les piles à loss, très utiles car leur durée de vie et leur énergie est sans commune mesure avec ce que permets l’électromécanique du loss-métal, sont aussi très dangereuses. Certaines ont déjà provoqué des explosions cataclysmiques ou encore des morts en masse suite à une forme de radiation dont la nature est inconnue des lossyans. C’est pour cela que les Chasseurs d’Artefacts préfèrent ne manipuler que les plus petites, en général plus stables et beaucoup moins dangereuses.

La lampe Ancienne

La lampe ancienne se trouve sous des formes très variés, de ce qui s’apparente à la lampe-torche de la Terre à des formes beaucoup plus exotiques. Les plus petites font la taille d’une main, les plus grands pèsent quelques dizaines de kilos. Les savants savent que ces machines fonctionnent avec une sorte de pile ou dynamo à loss-métal mais dont la nature et le fonctionnement leur échappe complètement ; il est déjà ardu de mettre en marche ces machineries. Mais elles sont capables de produire de la lumière vive et puissante, au point que l’une de ces lampes sert d’éclairage au phare le plus excentré du port d’Armanth.

Le cerveau d’automate Ancien

Nous parlons de ce que certains Génies et Chasseurs d’Artefacts parviennent à faire avec ces cerveaux au Chapitre Les Antagonistes, P… Le principal souci de ces objets qui n’existent que dans les ruines Raxxas est de parvenir à s’en procurer sans se faire tuer par les gardiens à qui appartiennent ces cerveaux. Ces derniers sont autonomes, ils fonctionnent avec des piles Anciennes à Loss et sont munis de capteurs sensoriels variés. Mais leur usage est très compliqué et limité à la création d’un cerveau d’automate qui ne peut accomplir que des ordres simples. Cela reste néanmoins de formidables machines avec lesquelles les possibilités d’invention sont infinies.

L’Aegis

L’aegis est particulièrement rare et on ne le trouve que dans des ruines Raxxas. Il s’agit d’un objet qui pourrait évoquer un bracelet –les terriens y verraient une très grosse montre bracelet étrange- qui, une fois activé, crée un bouclier semi-transparent, froid et incassable. Il est aussi efficace que les meilleurs boucliers que les lossyans parviennent à créer, arrêtant tout, y compris le feu et les balles et ne pesant rien. Mais sa durée de vie reste assez limitée et trouver une pile à loss apte à remplacer celle en panne n’est guère aisée. On raconte qu’il existerait certains aegis qui réagissent avec un esprit et une vraie intelligence et créent en cas de danger un bouclier vaste capable de couvrir largement le corps d’un homme.

2 réflexions sur “Les Anciens & les artefacts

  • 25 avril 2016 à 13 01 20 04204
    Permalien

    Waouh ! J’ai de plus en plus hâte de lire le métaplot ! Bises !

    Répondre
    • 25 avril 2016 à 13 01 52 04524
      Permalien

      Haaaa, pas sur le site internet… seulement dans le livre du jeu final 😀

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :