Coûts des valeurs, denrées, & biens, part 1

Et voici donc le 26ème supplément gratuit pour les Chants de Loss, le jeu de rôle… enfin, sa première partie, parce qu’il est plutôt conséquent et comme en ce moment, je n’écris pas vite, faute à une tendinite du dessinateur… mais donc, enjoy !

Ce qui suit répond à des questions qu’on nous a posé sur le forum et le groupe Facebook des Chants de Loss, à savoir : quelles sont les valeurs des denrées commerciales et des biens ? Question logique dans un monde où le commerce et la négociation ont un grand pouvoir ; aussi, nous allons y répondre et amplement compléter, ainsi, la liste des prix et services du livre de base des Chants de Loss.

Vous retrouverez ci-dessous de nombreux prix cités ailleurs : parmi eux, le prix des vêtements, des esclaves, ou encore des montures. En théorie, on espère bien ne pas se tromper sur les prix, mais en cas de doute, considérez ce document comme la référence, c’est ce dernier qui est le plus à jour et le plus abouti.

Ceci constitue la première partie, la seconde d’ici quelques jours !

Quelques rappels

La finance du monde de Loss est un univers d’usuriers et de guildes contrôlant tous les échanges et commerces. Si on est pas membre d’une guilde ou d’une confrérie, faire du négoce devient compliqué, quand ce n’est pas carrément illégal. Et si cela devient foutrement plus facile si on est un membre de guilde, on est quand même taxé par cette dernière qui exige une cotisation estimée sur toutes les recettes du membre.

Devenir artisan ou marchand

Devenir membre d’une guilde ou d’une confrérie sera abordé en détail dans le supplément Armanth. À vrai dire, ce n’est pas si difficile, mais il faut être résident de la ville où se trouve la structure dont on veut devenir membre, ne pas être officiellement recherché pour un crime, payer (plus ou moins cher), pour y entrer et ensuite s’acquitter de ses cotisations annuelles. Bien sûr, si on devient membre de la guilde des drapiers, il sera très mal vu de se mettre à vendre de la ferronnerie ou des munitions pour armes à impulsion ; c’est un moyen rapide et efficace de se faire virer de sa guilde et de se retrouver avec des poursuites légales – et pas mal d’ennuis moins légaux. Faire du commerce sans en avoir la permission par la confrérie ou la guilde affiliée, et donc sans en être membre, est considéré comme faire de la contrebande.

À titre d’exemple, devenir membre actif d’une confrérie d’artisans, comme les forgerons, coûte environ 25 AA quand on n’est pas d’une famille de la confrérie en question mais seulement 10 AA, voire moins, si on est bien parrainé, par exemple par son père on son oncle du métier et de la confrérie locale. Le tarif est autrement plus cher pour une guilde puissante, comme la Guilde des Marchands qui exige des droits d’entrée de 1000 AA à un quidam qui n’est pas d’une famille de la Guilde. Là encore, on paye bien moins si on connait du monde, mais c’est beaucoup plus dur de se faire parrainer, car le parrain engage sa propre place. Les guildes d’armateurs ou de banquier sont encore plus chères. Même les colporteurs ont leur guilde et paient une cotisation. Il n’y a guère que les plus petits commerçants, ou encore les vendeurs à la sauvette et sous le manteau à n’être affilié à personne. Ce système permet ainsi aux autorités fiscales des cités-États de savoir à peu près qui fait quoi et dont, comment les taxer et contrôler aussi le commerce, même si les guildes elles-mêmes ne se gênent pas pour truquer ce genre de décomptes et de déclarations fiscales auprès des autorités. Après tout, tant que cela ne se voit pas, ça ne dérange pas grand monde, surtout les concernés !

Pour rappel, ne devient pas membre d’une confrérie qui veut : il y a des connaissances et compétences professionnelles à maitriser, des épreuves à passer, des gens à connaitre, il faut être résident local depuis un moment. S’il est bien plus facile d’être reconnu dans un petit bourg de quelques centaines d’habitants comme Elsa, il sera plus difficile de se lancer dans un commerce officiel à Armanth, sans avoir des parrainages et soutiens solides dans le métier.

Acheter et vendre

Mais à quoi cela sert et quel est l’intérêt ?

Pour tenir un commerce ou vendre son artisanat sans passer par un intermédiaire officiel, il faut donc être membre de la guilde ou de la confrérie en rapport avec son travail. On se voit imposer diverses contraintes, comme des règles tarifaires, qualitatives ou un code de travail mais, en échange, en plus de la protection sociale et juridique que fournit alors la guilde, et de possibilités d’emprunts préférentiels, car l’habitude des emprunts bancaires est de demander un remboursement avec en moyenne 25% à 30% d’intérêt, on peut vendre librement et acheter matières premières et biens de travail avec certaines facilités.

Quand on n’est pas membre de guilde, les commerçants négocient durement les produits qu’ils vont acheter y compris du neuf. La revente d’un bien près d’un commerçant occasionne une dépréciation de valeur et l’objet perdra 25% de sa valeur initiale en revente. Si un objet est courant et peu recherché, il peut perdre 50% de sa valeur initiale. Ainsi, un adventori qui négocierait un cheval léger ne pourrait pas le vendre au prix de 50 AA, mais seulement de 25. Alors que s’il est membre de la confrérie des éleveurs ou de la Guilde des Marchands, ou simplement membre d’une confrérie reconnue et dont il est admis qu’elle fait commerce de produits variés, comme les colporteurs, il pourra sans doutes le vendre plus ou moins à son prix réel. Il en va de même pour tout, y compris les matières premières et même les métaux précieux ! Seules les monnaies ne vont pas perdre de leur valeur. On comprend donc l’intérêt d’être membre d’une guilde : pouvoir officiellement négocier sans y perdre sa chemise. Quant au recel d’objets d’origine douteuse, c’est la même chose, mais, en plus, là, il faut être très malin et discret pour éviter de se faire prendre et se retrouver avec des ennuis proportionnels au côté douteux de la marchandise.

C’est la même chose pour les achats en gros : les prix ci-dessous sont les prix du marché pour le quidam moyen. Mais les commerçants et artisans ayant leur réseau peuvent se procurer les biens et matières premières quand ils les achètent en gros à une moyenne de 50% à 75% de leur valeur indiquée plus bas. Le prix varie seulement alors en fonction de la rareté locale des produits. Bien sûr, ces prix ne sont accessibles que via les réseaux des confréries et des guildes, ne sont pas accessibles aux particuliers, sont réservés aux membres des guildes et confréries et ne s’applique que quand en achète en gros (c’est-à-dire au moins dix fois la quantité de base ou dix unités d’un produit).

L’équivalence monétaire

L’andri d’argent est la monnaie d’échange la plus couramment employée dans l’univers de Loss. Il existe une autre monnaie d’échange employée pour les transactions importantes : la barre de commerce, en général en argent ou en or.

Le quadran est une pièce de bronze coupée en quatre pour régler les plus petits achats. On la surnomme souvent la ferraille. Les autres monnaies portent le nom d’andri puis du métal dont elles sont faites. Le platine est courant dans le monde de Loss et vaut environ le prix de l’or, mais n’est jamais frappé en monnaie.

Les pièces de monnaie Lossyannes sont très fines et n’ont pas de tranche crénelée. On peut les limer pour récupérer un peu de métal, même si c’est interdit. Pour les grosses transactions, on pèse donc toujours les monnaies. Une pièce pèse en général environ 10 grammes. Une barre de commerce, qui est crénelée et frappée de poinçons sur toute sa surface, est plus difficile à limer et contrefaire et pèse environ 200 grammes. Ces poids sont indicatifs, puisque la nature des métaux change leur poids, mais pour des raisons de facilité, on évitera d’en tenir compte.

Voici toutes les monnaies courantes dans le monde de Loss et leur équivalent en valeur :

  • 4 quadrans = 1 andri de bronze. 10 andris de bronze = 1 andri d’argent. 10 andris d’argent = 1 andri d’or.
  • 20 andris d’argent = 1 barre d’argent. 10 barres d’argent ou 20 andris d’or = 1 barre d’or. 10 barres d’or = 1 barre de Loss-métal.
Valeur d’échange qn ab aa ao ba bo bl
Quadran 1
Andri de bronze 4 1
Andri d’argent 40 10 1
Andri d’or 400 100 10 1
Barre d’argent 800 200 20 2 1
Barre d’or 8 000 2 000 200 20 10 1
Barre de Loss-métal 80 000 20 000 2 000 200 100 20 1

Se faciliter la vie avec les prix

On va avouer quelque chose, si si, on aurait dû faire cela dès le départ dans les règles de jeu des Chants de Loss : la plupart des prix peuvent être exprimés en Andris d’argent, y compris en mettant des virgules pour les fractions, plutôt que d’indiquer les valeurs en Andris de bronze, d’argent et d’or.

Après tout, l’Andri d’argent (AA) est la référence monétaire la plus courante. Aussi, pour l’ensemble de ce document, tous les prix seront donc exprimés en Andris d’argent (AA), avec des fractions le cas échéant, qui correspondent au coût en Andris de bronze. C’est d’ailleurs ainsi que tous les marchands comptent et donnent les prix et font leurs échanges. Ça devrait simplifier largement les efforts du lecteur en évitant de le forcer à faire la conversion.

Les abréviations

Voici les abréviations monétaires, pour référence :

  • Quadran : QN
  • Andri de bronze : AB
  • Andri d’argent : AA
  • Andri d’or : AO
  • Barre de commerce d’argent : BA
  • Barre de commerce d’or : BO
  • Barre de loss-métal : BL

Les unités de mesure

Dans le monde du commerce, les unités de mesure sont plus ou moins standardisées, grâce à l’influence de la Guilde des Marchands. Pour des raisons de facilité, plus que de réalisme, les unités de mesure de la Guilde des Marchands sont similaires à celles du système métrique et du système du gramme que nous connaissons tous. L’origine historique de ces unités de mesure reste mal connue, mais elle a été décidée et validée par le Conseil des Pairs à Armanth il y a moins d’un siècle, après plus de vingt ans de discussions acharnées, jusqu’à aboutir au système actuel, décrit ci-dessous.

Les poids

L’unité de base du Système des Marchands est le grain. Le grain pèse environ un gramme, c’est une unité de mesure issue de l’orfèvrerie et de la joaillerie. On divise le grain en dix atisii (singulier atus), une unité qui ne concerne que les joailliers, chimistes et autres experts de la précision.

Avec cent grains, on a une barre, c’est la barre de commerce usité dans les valeurs monétaires, elle pèse environ 200 grammes. La barre est assez peu employée.

Avec mille grains, on a un pain. C’est l’unité de mesure la plus courante, pour peser animaux, hommes, matériaux et denrées. Un pain pèse environ 1 kg. À noter, les pains des boulangers ne pèsent pas tous un pain, mais le nom vient de leur unité de mesure pour leurs produits.

Avec cent mille grains, on a un sac, qui pèse donc cent pains, c’est-à-dire 100 kg. Le sac est employé surtout pour mesurer la capacité et la contenance des montures, animaux de bât et chariots. Le reste du temps, c’est une unité de mesure peu employée.

Enfin, avec un million de grains, nous avons un tonneau. Il pèse donc une tonne, et son nom vient directement de l’unité de mesure des volumes et capacité de cargaison des navires. Le terme est devenu universel, c’est le plus employé partout, même chez les dragensmanns.

  • 1 Grain (un gramme) abrégé G =10 atisii
  • 1 Barre (200 grammes) abrégé B = 200 grains
  • 1 Pain (1 kilogramme) abrégé P = 1000 grains = 5 barres
  • 1 Sac (100 kilogrammes) abrégé S = 100 000 grains = 500 barres = 100 pains
  • 1 Tonneau (une tonne) abrégé T = 1 000 000 grains = 5 000 barres = 1000 pains = 10 sacs

 

Les mesures

L’unité de mesure étalon du Système des Marchands est le bras, qui équivaut pratiquement (à 0,2 cm près) à un mètre. C’est une mesure employée à l’origine en draperie pour les longues d’étoffes.

Une autre mesure courante, mais non officielle, est la coudée, qui vaut un demi-bras, donc 50 cm environ.

Le bras se divise en cent ongles. Un ongle mesure environ 1 cm.

L’ongle se divise en dix atus (comme le nom des atisii plus haut). Un atus mesure environ 1 mm. Mais cette unité de mesure est rarement employée en dehors des métiers d’ingénierie et d’art de précision.

  • 1 Ongle (1 centimètreabrégé On= 10 atisii
  • 1 Bras (1 mètre)abrégé Br = 100 ongles

La variation des prix

La mécanique économique des guildes et confréries fixe les prix en fonction des coûts de production, d’importation et les besoins de bénéfices des commerçants, mais aussi selon la rareté des produits et leur disponibilité. C’est un travail constant qui se passe au sein des assemblées de ces organisations mais qui dépend aussi des besoins et objectifs des négociants et artisans eux-mêmes. Bref, s’il y a des règles à respecter, les prix peuvent varier souvent, en fonction des bons vieux principes de l’offre et de la demande.

La disponibilité

La disponibilité, dans les règles des Chants de Loss, est noté de 1 à 5, mais on n’emploie ordinairement que les trois premiers rangs :

  • 1Courant Difficulté test de Marchandage pour trouver l’objet (en cas de besoin de Test) : 15
  • 2Inhabituel Difficulté test de Marchandage pour trouver l’objet (en cas de besoin de Test) : 20
  • 3Rare Difficulté test de Marchandage pour trouver l’objet (en cas de besoin de Test) : 25
  • 4 – Exceptionnel – Difficulté test de Marchandage pour trouver l’objet (en cas de besoin de Test) : 30
  • 5 – Artefact – Difficulté test de Marchandage pour trouver l’objet (en cas de besoin de Test) : 40

Courant : c’est une marchandise courante et disponible, qu’on produit et exporte partout. C’est par exemple le cas des métaux les plus répandus, comme le fer, l’acier ou le plomb ou des céréales courants, comme le til, ou encore des étoffes les plus communes, comme le lin ou le chanvre. Le prix de ces marchandises ne change qu’en cas de pénurie, disette, guerre et en gros, de manière exceptionnelle.

Inhabituel : c’est une marchandise qui n’est pas courante hors de sa région de production et qui s’exporte en quantité limitée et avec des surcoûts conséquents. C’est le cas de la plupart des accessoires mécaniques et autres armes à impulsion, de la poudre explosive et des feux d’artifices, des chevaux et griffons de race. Ici, on parle de région au sens plus ou moins large, c’est-à-dire région culturelle : un cheval gennemon, c’est on ne peut plus courant partout dans les Marches de Gennema. Ces marchandises ne sont pas disponibles partout et même quand elles le sont, elles seront chères si elles ne sont pas produites localement (comme par exemple un cheval gennemon à Armanth) : si le produit est acheté hors de sa région de production, il coûte le double de son prix de base.

Rare : c’est une marchandise qui n’est produite que très localement et uniquement pour un marché local ; elle ne s’exporte presque pas et en quantités très limités, ce qui explique des prix très élevés. C’est par exemple le cas des grenades qu’on ne trouve que dans les ateliers d’armement des cités jemmaï ou des dragens, ces montures volantes dragensmmans qui ne s’exportent pas. Ici, on parle de production locale à l’échelle d’une localité ou d’une cité-État : un dragen, ça reste rare, mais on en croise souvent chez les dragensmanns, alors qu’ailleurs, c’est exceptionnel. Ces marchandises sont difficiles à trouver et même quand on y parvient, c’est à prix d’or : si le produit est acheté hors de sa localité de production, il coûte le triple de son prix de base.

Exceptionnel : c’est une marchandise qui non seulement est très rare, mais n’est pas censé être mise en vente ou circuler ; elle ne s’exporte pas et il est exceptionnel de croiser cette marchandise, dans tous les cas. C’est par exemple le cas des esclaves Languirens ou Chanteuses de Loss, qu’on ne voit mise en vente qu’une à deux fois par an au maximum à Armanth, des automates gardiens fabriqués par les meilleurs génies et qui exigent des pièces Anciennes, des lames ardentes des forces d’élite de l’Eglise ou des sabres hemlaris de loss-cristal, dont on sait juste qu’ils sont façonnés quelque part dans les Monts Frontaliers. Ces marchandises sont très rares, ardues à trouver et quand on les trouve, le prix reste si hors-norme qu’il n’y a aucun multiplicateur à appliquer.

Artefact : techniquement, ce n’est pas une marchandise et techniquement, c’est si rare que jamais personne n’en entend parler quand c’est mis en circulation. La plupart des produits de ce rang sont d’ailleurs des artefacts Anciens, ou des inventions uniques de génies, quand il ne s’agit pas simplement d’objets de Légende ayant appartenu à des héros ou des personnages sacrés. Et pour faire simple, ces objets ne sont pas censés avoir de prix ; bien sûr, puisque tout se négocie, ils en ont un, mais ce dernier est si hors norme qu’aucun modificateur de prix ne s’applique.

Variation selon la distance

Plus cela vient de loin, plus c’est cher ! Là, le principe est simple, et pour le décrire, nous allons prendre l’exemple du dragen, la monture volante dragensmanns. C’est un animal qui coûte déjà assez cher quand on va l’acheter dans un élevage local dans les Neiges-Dragons, ce qui veut dire se déplacer dans la localité où on en élève et où on en vend. Mais sa disponibilité sera alors de 1. Si on essaye d’en acheter un ailleurs que dans un centre d’élevage, mais en se trouvant dans la région culturelle des Dragensmanns, sa disponibilité sera alors de 2 et elle sera de 3 partout ailleurs. Ainsi, si on fait l’effort de se déplacer pour aller acheter sur place un produit rare, et qu’on va le rendre loin de sa région de production, on peut faire une plus-value sur sa valeur de base particulièrement élevée.

 

La qualité

On ne va pas revenir sur les principes des règles de jeu des Chants de Loss, juste faire un rapide rappel. Une haute qualité pour un produit manufacturé vise soit à s’offrir du luxe, c’est-à-dire quelque chose qui est particulièrement beau et riche visuellement, soit à s’offrir du matériel plus efficace, solide, léger, etc. Vous aurez plus de détail à ce sujet dans le chapitre Équipement des règles des Chants de Loss.

La qualité peut s’appliquer à presque toute marchandise manufacturée, que ce soit une armure de linotorci ou une bouteille de vin.

Degré de qualité                   Multiplicateur de prix

  • Bonne qualité x 3
  • Qualité exceptionnelle x 10
  • Chef d’œuvre (inclue des matériaux rares) x100

Le luxe peut aller bien au-delà du prix X100 ; il n’y a guère de limites aux prix que peuvent atteindre certaines marchandises manufacturés, mis à part celle que l’acheteur décidera quand à ce qu’il peut ou veut payer. Ainsi, un carnet de 100 pages couterait 1 AA, sa version chef-d’œuvre, magnifiquement relié, solide et luxueux, en couterait 100, mais on peut très bien imaginer un carnet relié et orné d’or et de pierreries valant 1000 andris d’argent.

Précisions sur les produits

La quantité est exprimée en poids et mesures lossyannes :

Poids

  • G= grain (1 gramme)
  • B= Barre (100 gramme)
  • P= Pain (1 kilo)
  • S= Sac (100 kilos)
  • T= Tonneau (1 tonne)

Longueurs

  • On= Ongle (1 centimètre)
  • Br= Bras (1 mètre)

Le prix est exprimé en Andris d’Argent (AA). Quand vous voyez un prix comme par exemple, 2,4 AA, c’est donc 2 AA et 4 AB.

La dispo, c’est la disponibilité, notée de 1 à 3 et expliquée plus haut.

Les notes concernent des précisions nécessaires sur les marchandises.

1- Les produits en gros

Voici ci-dessous une liste de la plupart des produits bruts et marchandises, hors aliments, qui circulent dans le monde de Loss et font partie de la panoplie des achats et ventes de tous les négociants.

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Sel brut 5 Pain 1 1 Employé comme monnaie d’échange
Sel de table raffiné 1 Pain 1 1 Produit de luxe
Minerai de fer 1 Sac 2 1  
Minerai de cuivre 1 Sac 0,5 1  
Minerai d’argent 1 Sac 30 2 Valeur réelle fondu en monnaie : 200 AA
Pépites d’or 10 Grains 3 2 Valeur réelle fondu en monnaie : 5 AA
Lingot de bronze 5 Pains 3 1 Valeur réelle fondu en monnaie : 25 AA
Lingot d’acier 5 Pains 2 1  
Lingot de titane 5 Pains 80 2  
Cristal de béryl 5 Pains 15 2  
Lingot de plomb 5 Pains 0,4 1  
Acier recyclé 10 Pains 2 1 Pièces à refondre
Fer recyclé 10 Pains 0,5 1 Pièces à refondre
Titane recyclé 10 Pains 60 2 Pièces à refondre
Bronze recyclé 10 Pains 5 1 Pièces à refondre
Rouleau de lin 1 Bras 0,2 1  
Rouleau de tussah 1 Bras 0,5 1  
Rouleau de lin 1 Bras 0,3 1  
Rouleau de laine 1 Bras 3 2  
Rouleau de soie 1 Bras 2 2  
Rouleau de til 1 Bras 0,3 1  
Rouleau de velours 1 Bras 4 2  
Rouleau de latex 1 Bras 1 2  
Peau brute séchée 1 Bras 0,5 1  
Cuir traité 1 Bras 2 1  
Fourrure 1 Bras 6 2  
Lot de bois d’œuvre 1 Tonneau 1,6 1 Bois de construction traité
Lot de bois de luxe 1 Tonneau 4,5 2 Bois pour l’ébénisterie

2- Les aliments

Vous pouvez trouver des informations détaillées sur la nourriture et les aliments lossyans sur le supplément gratuit À table !

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Grosse miche de pain 2 Pains 0,1 1  
Mora, chèvre ou sika séché 1 Pain 0,3 1  
Jambon sec ou fumé 20 Pains 3,2 1 Viande de mora
Saucisse sèche 250 Grains 0,1 1 Viande de mora
Fromage, la tome 4 Pains 1,4 1 Fromage de sika, se conserve
Saindoux 1 Pain 0,1 1 Graisse animale
Huile végétale 1 Pain 0,2 1 De lin, de til ou de chanvre ou d’olive
Esquiri frais 1 Pain 0,2 1 Viande crue
Mora frais 1 Pain 0,2 1 Viande crue
Sika ou chèvre frais 1 Pain 0,3 1 Viande crue
Aramios ou Ghia-tonnerre frais 1 Pain 0,4 2 Viande crue
Oie, canard ou pandira frais 1 Pain 0,4 1 Viande crue
Poisson frais 1 Pain 0,2 1 Plupart des poissons communs
Fruits de mer frais 1 Pain 0,3 1 Plupart des fruits de mer communs
Crustacés frais 1 Pain 0,3 1 Plupart des crustacés communs
Sac de céréales bruts 20 Pains 0,1 1 Til, blé ou avoine
Sac de riz 20 Pains 0,3 2  
Sac de farine blanche 20 Pains 0,4 1  
Sac de son à gruau 20 Pains 0,1 1 Nourriture pour animaux ou indigents
Sac de qasits ou de bananes 20 pains 0,2 1  
Caisse de légumes de saison 10 Pains 0,2 2 Ou de fruits de saison
Tonneau de poisson salé 1 Sac 24 1 Tonneau scellé, se conserve longtemps
Viande à la sauce en bocal 1 Pain 1 3 Bocal stérile qui se conserve longtemps
Poisson fumé 1 Pain 0,2 1 Poissons communs
Sac de légumes secs 5 Pains 0,2   Pois, pois chiches, ou lentilles
Épices communs 1 Pain 0,3 1 Piment, miel, sel-feu, poivron, ail
Épices rares 1 Pain 2,5 2 Poivre, cannelle, muscade, cirelle. kara
Feuilles de thé 1 Pain 0,3 1 Thé noir nature commun
Grains de kumat 1 Pain 0,5 2 Torréfiés
Lait frais ou doli 5 Pains 0,3 1  
Vin, bouteille 1 Pain 0,1 1 Vin local commun
Vin, tonneau 1 Sac 10 1 Vin local commun
Bière, bouteille 1 Pain 0,1 1  
Hydromel, bouteille 1 Pain 0,2 2 Même prix que le me-kwei
Bière , tonneau 1 Sac 10 1  
Hydromel, tonneau 1 Sac 20 2 Même prix que le me-kwei
Somnae, bouteille 1 Pain 1 2 Liqueur d’applerine
Alcool fort, bouteille 1 Pain 0,3 1 Eau-de-vie, liqueur, etc.
Alcool fort, tonneau 1 Sac 30 1 Eau-de-vie, liqueur, etc.
Vin de luxe, bouteille 1 Pain 10 2 Par exemple le vin des Marches
Alcool de luxe 1 Pain 10 2 Par exemple Grand Haerak d’Armanth
Fruits secs 1 Pain 0,2 1  
Fruits confits 1 Pain 0,5 1  
Panier de pâtisseries 1 Pain 0,3 1 Sans le panier
Sac de confiseries 1 Pain 1 2 Bonbons et sucreries

3- L’habillement

Pour faciliter les choses, les pièces de vêtements sont triées par type et partie du corps. Vous pouvez trouver la description détaillée de ces pièces de vêtements dans le supplément gratuit Les tenues & Modes lossyannes. Les bijoux seront abordés dans la section : luxe.

Robes et manteaux

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Manteau de pluie   2 1  
Manteau fourré de voyage   3 2  
Coupe-vent de cuir   5 1  
Plaed   1 2 Manteau-cape dragensmanns
Robe droite commune   0,5 1  
Robe à corset et jupons   3 1 Robe étéoclienne répandue
Robe & skiffa   2 1 Robe dragensmann
Tunique ou robe caftan   2 1 Athéamïs & Armanth
Étole   2 1 Manteau étéoclien
Sayon   0,8 2 Toge des forestiers
Shabil   3 1 Robe-tunique gennemon
Stola   0,8 1 Robe hégémonienne
Gallus   0,8 1 Manteau hégémonien
Hemfu   2 1 Robe hemlaris
Manteau doublé   4 1 Chaud manteau hemlaris
Khabiya   3 2 Robe traditionnelle frangienne
Jhi-ibas   1 1 Robe-manteau du désert
Mantua   3 1 Robe cintrée et drapée teranchen

Torse

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Gilet brodé   3 1  
Gilet fourré   3 2  
Tunique courte   0,6 1  
Tunique longue   1 1  
Chemise ample   0,3 1 Lin ou til
Chemise à jabot sur mesure   1 1 soie
Chemisier léger brodé   2 2 Lin fin, soie et satin
Linges de corps   0,3 1 Culotte, caleçon et autre brassière
Veste doublée   2 1  
Veste de cuir   3 1  
Bretta   3 2 Veste ornée forestière
Be-baï   3 1 Robe tunique ar’anthia
Je-ji-baï   2 1 Tunique longue ar’anthia
Kurta   2 1 Tunique erebheïm
Pallia   2 1 Tunique féminine hégémonienne
Palmata   1 1 Tunique masculine hégémonienne
Chen-po   0,8 1 Tunique hemlaris
Pourpoint   3 1 Veste étéoclienne
Tunique de cuir   4 2 Tunique forestière
Kathaz   1 1 Tunique gennemon
Veste à galons   3 2 Veste teranchen

Jambes

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Pantalons de toile   0,2 1  
Pantalons-chausses de qualité   0,8 1  
Pantalons de cuir   2 1  
Jupe simple   0,2 1  
Jupe ample à jupons   0,7 1  
Criaffa   0,7 1 Fines chausses femme athémaïs
Sarouel   0,5 1 Pantalon ample unisexe athémaïs
Jeta ou kilt   0,8 1 Kilt athémaïs ou dragensmanns
Taffas   0,6 1 Pantalons amples erebheïms
Pagne ou pagne long   0,4 1  
Braies   1 2 Pantalons amples forestiers
Wiga   0,6 1 Pantalons gennemons
Pantalon-jupe   0,7 1 Pantalons hemlaris
Jupe de cuir fourré   2 2 Jupe svatnaz
Demi-mantua   1 1 Jupe ample fendue teranchen

Pieds

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Sandales   0,2 1  
Chaussures de toile   0,3 1  
Chaussures fourrées   3 2  
Bottines ou souliers de cuir   2 2  
Bottes de cuir   2 1  
Babouches   0,5 1 Chaussures légères athémaïs
Bottes ornées   4 2 Bottes dragensmanns
Bottes hautes   4 2 Bottes étéocliennes
Bottes fourrées   2,5 2 Bottes gennemons
Chaussons brodés   1 1 Chaussures  hemlaris

Accessoires

Marchandise Quantité Prix (AA) Dispo Notes
Grand chapeau   0,7 1 Feutre ou cuir
Chapeau de paille   0,3 1  
Tricorne   2 1  
Ombrelle tressée   0,4 1  
Ombrelle cirée   0,8 1  
Ombrelle de soie   1 1  
Lunettes fumées   6 2  
Voile de dentelle   1 1  
Voile de soie   3 1  
Ceinture de cuir simple   0,3 1  
Ceinture ornée   3 2  
Ceinture large brodée   3 1 Soie et til
Gants fins de dentelles   2 1  
Gants de cuir   0,7 1  
Gants de bretteur   1,6 1  

 

A suivre  bientôt pour la suite de la liste des prix !

Une réflexion sur “Coûts des valeurs, denrées, & biens, part 1

  • 3 novembre 2020 à 15 03 48 114811
    Permalien

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour ce travail très intéressant qui enrichit et récapitule bien celui déjà fait pour les livres du JDR et les autres suppléments. Par contre, il y a un souci avec le poids de la barre à plusieurs endroits:

    Dans cette phrase par exemple: « Avec cent grains, on a une barre, c’est la barre de commerce usité dans les valeurs monétaires, elle pèse environ 200 grammes. »

    Et même chose dans cette liste:

    Précisions sur les produits
    La quantité est exprimée en poids et mesures lossyannes :

    Poids
    G= grain (1 gramme)
    B= Barre (100 gramme)
    P= Pain (1 kilo)
    S= Sac (100 kilos)
    T= Tonneau (1 tonne)

    Désolé si je suis pénible, mais comme ça m’a perturbé un peu à la lecture, je préfère le signaler.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :