[Les Légendes] Le Champion du Trône de Rubis

Histoire de vous faire patienter pendant que nous bossons comme des sourdes sur la dernière ligne droite (la rédaction finale du Livret 3, qui devrait toucher à sa fin d’ici deux semaines), nous vous partagons quelques personnages emblématiques du monde de Loss. Certains seront dans les livrets du JDR, d’autres sont là pour vous les faire découvrir et faire le lien avec les péripétie des romans et seront réunis plus tard dans un supplément sur ls personnalités du monde de Loss. Nous en publierons un toutes les trois ou quatre  jours environ, pendant que nous finissons le JDR !

Enjoy !

Vous ne trouverez pas les statistiques complètes et pour cause : ils sont uniques et nous offrons seulement des suggestions permettant d’estimer leurs capacités, non des stats complètes qui ne seraient guère le reflet réel de leurs prouesses. C’est dans le récit de ces personnages, leur importance dans le monde de Loss et l’éventualité d’un jour les croiser que réside leur intérêt, non de les combattre et les vaincre. Pour vous donner une simple échelle, ces personnages dépassent tous les 300 XP ; leurs statistiques complètes feront l’objet d’un supplément futur sur les grandes personnalités du monde de Loss.

Le Champion du Trône de Rubis

  • Archétypes : Combattant (Légende 10), Ombre (Légende 4)
  • Vertus : H : 7, C : 12, S : 5, F : 3

Avant de poursuivre : oui, le trône des empereurs de l’Hemlaris est bel et bien taillé dans un seul et gigantesque bloc de rubis pesant des tonnes. Parenthèse fermée.

Le Champion du Trône de Rubis (nommé localement le Yaki En’sha) est bel et bien légendaire par ses actes, son apparence, ses exploits et son rôle, mais il est en fait assez aisé de le voir. Il suffit d’assister à l’apparition de l’impératrice de l’Hemlaris, et il sera près d’elle ; même si dans le même temps, on le voit aussi à l’autre bout d’Allenys, ou encore négocier avec des Maitres-marchands d’Armanth sur un comptoir à l’autre bout du pays : nous allons y revenir. Le Champion du Trône de Rubis apparait comme une créature anthropomorphe, engoncé dans une armure d’apparat entièrement de titane ciselé et verni de noir et d’or. Le plus marquant est d’abord sa taille : plus de 2 mètres 50. Le second point intimidant sont ses jambes articulées comme les pattes arrières d’un félin. Enfin, l’armement qui arbore achève le tableau : le Champion du Trône de Rubis porte un bouclier de loss-cristal ferré de titane et est armé de deux sabres de loss-cristal, un long et un court.

Par son apparence, la légende du Champion du Trône de Rubis est déjà faite. Mais elle va cependant plus loin : tout d’abord, régulièrement ce dernier fait montre de sa prodigieuse force physique. Non content de se déplacer très vite –plus rapidement qu’un cheval au galop- le Champion du Trône de Rubis est capable, armé de ses sabres, de trancher une barre d’acier ou un pilier de pierre dure. En combat, il semble insensible aux traits et aux balles : rien ne parait pouvoir percer son armure. Et enfin, il possède apparemment le don d’ubiquité : il a déjà été aperçu en plusieurs endroits à la fois, toujours à sa tâche principale : défendre les intérêts et la vie des membres de la famille impériale.

D’aucuns pensent, et ils ont sûrement raison, qu’il y a plusieurs Yaki En’sha et plusieurs armures de Champion du Trône de Rubis, mais beaucoup croient pourtant à un pouvoir divin. Et personne ne sait qui est derrière l’armure : jamais personne ne s’est prétendu être Champion du Trône de Rubis sans la porter. Finalement, ce qui conclut à la Légende de ce personnage, c’est qu’on sait qu’au moins une fois, le Champion du Trône de Rubis est mort en accomplissant sa tâche. Mais pourtant, quand l’Empereur de l’époque remonta sur le trône, le Champion était à nouveau présent. Et depuis des centaines d’années, il poursuit inlassablement sa mission sacrée : protéger le Trône de Rubis et la famille impériale, qui qu’il soit et à quelque prix que ce soit. Et il n’est pas arrogant de dire que le Yaki En’sha accomplit sa tâche avec une efficacité redoutable ; rares furent les fois où il a failli… mais il se murmure à ce sujet que, parfois, le Champion lui-même aurait obéi au Mandat Divin et mis un terme au règne des empereurs déments ou usurpateurs qu’il avait charge de protéger.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :