[Les Légendes] Eïm le Voyageur

Histoire de vous faire patienter pendant que nous bossons comme des sourdes sur la dernière ligne droite (la rédaction finale du Livret 3, qui devrait toucher à sa fin d’ici deux semaines), nous vous partagent quelques personnages emblématiques du monde de Loss. Certains seront dans les livrets du JDR, d’autres sont là pour vous les faire découvrir et faire le lien avec les péripétie des romans et seront réunis plus tard dans un supplément sur ls personnalités du monde de Loss. Nous en publierons un toutes les trois ou quatre  jours environ, pendant que nous finissons le JDR !

Enjoy !

Vous ne trouverez pas les statistiques complètes et pour cause : ils sont uniques et nous offrons seulement des suggestions permettant d’estimer leurs capacités, non des stats complètes qui ne seraient guère le reflet réel de leurs prouesses. C’est dans le récit de ces personnages, leur importance dans le monde de Loss et l’éventualité d’un jour les croiser que réside leur intérêt, non de les combattre et les vaincre. Pour vous donner une simple échelle, ces personnages dépassent tous les 300 XP ; leurs statistiques complètes feront l’objet d’un supplément futur sur les grandes personnalités du monde de Loss.

Eïm le Voyageur

  • Archétypes : Combattant (Légende 10), Voyageur (Légende 2)
  • Vertus : H : 5, C : 13, S : 6, Foi : 2

A tout seigneur tout honneur, commençons par la plus grande légende « vivante » de Loss. Depuis plus d’un siècle, troubadours et conteurs, mais aussi auteurs de théâtre et romanciers racontent les exploits et la légende d’Eïm le Voyageur, appelé aussi : le Tueur de Draekya, l’Hérétique, aux Cent Vies, l’Immortel, aux Deux Haches, le Destructeur, le Fils d’Arès… et la liste n’est pas exhaustive.

Décrit en général comme un colosse aux traits parfaits et aux cheveux noirs, armé de deux haches ardentes, perçant le cœur du plus brave des ennemis par son regard insoutenable et nanti de tatouages magiques brillant de maléfices, il doit en exister des dizaines de représentations mythiques, comme héros, légende ou démon sans que personne ne sache vraiment à quoi il ressemble. Il est même devenu le sujet d’un opéra Armanthien qui raconte comme le Fils d’Arès précipite la fin des derniers dieux en détruisant les monstres qu’ils lui envoient pour l’arrêter. Le comédien qui tient le rôle d’Eïm est célèbre pour jouer juché sur des échasses ! Bref, l’exagération et le conte ont depuis longtemps dépassés la réalité quand on décrit ce personnage dont on dit qu’il peut affronter huit Dévoreurs à mains nus et l’instant d’après vider cent choppes de bières et trousser deux cent esclaves.

Mais il semble que quelques faits soient du domaine de la réalité : en un siècle, Eïm aurait participé, selon les témoignages les plus crédibles, à plus d’une trentaine de conflits et de batailles partout dans les Mers de la Séparation. On l’a prétendu disparu mort ou mourant plusieurs dizaines de fois : à chaque fois la rumeur assurait de sa réapparition, bel et bien en vie et en pleine forme, comme si jamais il n’avait été ne serait-ce que gravement blessé. Il est assez connu que l’Eglise du Concile Divin prend son existence très au sérieux et le recherche pour hérésie ; cependant, comme personne n’a de clair portrait ou description du personnage qui ne soit entaché d’exagérations et d’inventions, il pourrait très bien traverser toute une ville sans que personne ne soupçonne sa présence.

Une rumeur tenace qui fait partie de sa Légende prétend que, partout où qu’il aille, la guerre ne tarde jamais à le rattraper. Le plus caractéristique est qu’Eïm le Voyageur n’est pas véritablement considéré comme un héros, mais comme une légende personnifiant aussi bien le courage, l’héroïsme, la gloire, que la destruction, le danger sinistre et le mal le plus sombre. Et aucune version de sa légende n’est plus mise en avant qu’une autre, bien que les plus récentes œuvres sur sa personne en font une sorte d’ennemi du Concile Divin, celui qui détruit son ordre et sa puissance. Bien sûr, c’est à Armanth que cette version est privilégiée, mais elle n’est et de loin pas la seule qui circule.

Pourtant, on peut rencontrer Eïm le Voyageur. Il se fait souvent appeler Thanlan, ou encore Estophane, Agnir, ou même « le géant » et il faut bien connaitre sa Légende pour le reconnaitre. Même si Eïm est bel et bien un géant de 2m30, dépassant allègrement les 150 kg de muscles, avec une silhouette d’Apollon et des traits aquilins et métis encadrés d’une crinière de cheveux noirs. Et il a en effet le bras droit couvert d’un tatouage tribal qui est dessiné par le symbiote implanté sur son épaule et porte une paire de haches ardentes typiques des Quaesitorii à la ceinture. Pour le reste, c’est un homme débonnaire, qui sourit tout le temps et semble plutôt modeste, aimant boire et ripailler, aimant la bagarre en tant que jeu et sport, plutôt cultivé et qui semble peu enclin à la brutalité. Sauf si on cherche vraiment très fort son Honneur ou qu’on s’en prend devant lui à des enfants, des adolescents ou des femmes. Et là, le malheureux importun réalisera qu’il est face au plus formidable guerrier qu’ai jamais connu Loss de tous les temps.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :