Les unités de mesure dans Loss

Il y avait longtemps que le site était resté silencieux, mais entre soucis de santé et organisation du travail pour la sortie du jeu -et retards- on avait pas vraiment le temps d’avancer le travail de rédaction… mais… voici le premier chapitre du mini-supplément Voyages, consacré à tout ce qui concerne les déplacements et les voyages dans le monde de Loss, qui devrait aller avec le paravent (ou la carte des Mers de la Séparation, j’avoue, c’est pas encore décidé)

Les lossyans ont une fâcheuse tendance, similaire à celle des Terriens dans l’histoire, à inventer des unités de mesure propre à chaque culture, voire chaque cité-état. Nous n’allons bien évidemment pas entrer dès lors dans le détail de chacune : la Guilde des Marchands a eu la très bonne idée de se servir de son influence commerciale partout dans les Mers de la Séparation pour réussir à imposer un système de poids et mesures relativement répandu qui, même s’il n’a pas pu effacer les systèmes locaux, est universellement compris et employé. Malgré cela, il ne faut pas s’étonner de rencontrer des commerçants et artisans employant des systèmes uniques et quelque peu bizarres : ils y sont habitués et s’ils ont souvent les références de conversion, il n’est pas toujours assuré qu’ils aient le besoin ou l’envie de les employer.

Pour des raisons de facilité, plus que de réalisme, les unités de mesure de la Guilde des Marchands sont assez similaires à celles du système métrique et du système du kilogramme que nous connaissons tous. L’origine historique de ces unités de mesure reste mal connue, mais elle a été décidée et validée par le Conseil des Pairs à Armanth, après plus de vingt ans de discussions acharnées, jusqu’à aboutir au système actuel, décrit ci-dessous.

1- Les poids des solides et liquides

L’unité de base du Système des Marchands est le grain. Le grain pèse environ un gramme, c’est une unité de mesure issue de l’orfèvrerie et de la joaillerie. On divise le grain en dix atus (pluriel Atisii), une unité qui ne concerne que les joailliers, chimistes et autres experts de la précision.

Avec cent grains, on a une barre, c’est la barre de commerce usité dans les valeurs monétaires, elle pèse environ 100 grammes. La barre est assez peu employée.

Avec mille grains, on a un pain, c’est l’unité de mesure la plus courante, pour peser animaux, hommes, matériaux et denrées. Un pain pèse environ 1 kg. A noter que les pains des boulangers ne pèsent pas tous un pain, mais le nom vient pourtant de leur unité de mesure pour leurs produits.

Avec cent mille grains, on a un sac, qui pèse donc cent pains, c’est-à-dire 100 kg. Le sac est employé surtout pour mesurer la capacité et la contenance des montures, animaux de bât et chariots. Le reste du temps, c’est une unité de mesure peu employée.

Enfin, avec un million de grains, nous avons un tonneau. Il pèse donc une tonne, et son nom vient directement de l’unité de mesure des volumes et capacité de cargaison des navires. Le terme est devenu universel, c’est le plus employé partout, même chez les Dragensmanns.

Pour les liquides, ce qui change surtout concerne les unités employées :

La mesure de base reste le grain, mais on l’appelle souvent la larme.

Avec cent larmes, on a une coupe, qui représente 100 grammes de liquides.

Avec cinq cent larmes on a la chope, l’unité de mesure la plus courante pour le commerce de bouche. Tout le monde vous servira un demi-litre de boisson si vous demandez une choppe, c’est un standard.

Avec mille larmes, on a la gourde, qui vaut environ un litre. On parle souvent de demi-gourde, aussi. C’est l’unité la plus employé d’une à mille gourdes. Au-delà, on parle de contenance, qui rejoint l’unité de poids nommée le tonneau.

2- Les unités de mesure & distances

L’unité de mesure étalon de système des Marchands est le bras, qui équivaut pratiquement (à 1.2 cm près) à un mètre. C’est une mesure employée à l’origine en draperie pour les longues d’étoffes. Une autre mesure courante est la coudée, qui vaut un demi-bras, donc 50 cm.

Le bras se divise en cent ongles. Un ongle mesure environ 1 cm.

Avec cent bras, on a un arpent. L’arpent est aussi bien une mesure de distance que de surface. Si dans le premier cas elle fait donc l’équivalent de 100m de long, dans le second cas, elle vaut 1000 mètres carré (100×100). L’arpent comme mesure de surface est courant dans le milieu agricole.

Et enfin, avec mille bras, on a un mille. Le mille est la mesure la plus courante pour calculer les distances, bien qu’il en existe une dernière, décrite ci-dessous. Toutes les cartes ont leur référence en milles et c’est la mesure la plus universellement employée dans Les Mers de la Séparation.

Il existe aussi une unité, employée en marine et en voyage principalement, nommé le mouillage. Le mouillage est la mesure habituelle d’un jour de trajet en bateau ou en caravane marchande ; c’est à dire : 40 milles. On ignore pourquoi le Conseil des Pairs s’est disputé trois ans pour imposer cette norme, mais elle existe et on parle souvent « d’aller à trois mouillages de là » par exemple. Mais même si on s’en sert comme expression et parfois comme mesure, le mouillage n’est jamais employé comme unité de mesure, seulement dans le langage commun.

3- Du problème de l’étalonnage

Tout cela est bien beau, mais il y a un problème majeur, que l’on retrouve d’ailleurs avec encore plus d’acuité dans le trafic des monnaies : comment s’assurer que le bras d’un coin perdu au fin fond de l’Etéocle soit de la même taille que le bras-étalon entièrement de platine exhibé fièrement dans la salle du Conseil des Pairs ? Et bien sûr, cette question est la même pour peser des grains, des tonneaux, mesurer une larme ?

La solution de la Guilde des Marchands a été d’imposer à tous ses comptoirs d’avoir une copie certifiée de tous les étalons de poids et mesure. Ceux-ci sont toujours plaqués de métaux précieux et dûment poinçonnés par les secrétariats concernés du Conseil des Pairs et sont conservés minutieusement ; c’est avec eux que les agents des taxes et du contrôle commercial de la Guilde vérifient les poids, les balances, les règles et les cordes à arpenteur des toutes les professions qui leur sont affiliés. Mais bien entendu, en dehors de ce contrôle qui s’arrête aux membres de la Guilde des Marchands et aux alentours des comptoirs, l’arrangement et la fraude sont de mise. Même si les autorités des cités-états participent à la chasse aux tricheurs et aux contrefaçons, car c’est tout bonnement mauvais pour leur commerce, l’habitude est répandue. Il vaut mieux avoir sur soi une corde à la bonne taille et son propre jeu de poids, si l’on ne veut pas se faire arnaquer aisément au premier achat.

2 réflexions sur “Les unités de mesure dans Loss

  • 7 juillet 2017 à 15 03 47 07477
    Permalien

    Heu petite erreur si :
    – un pain = mille grains = 1 kg
    – alors un sac, qui pèse donc cent pains, c’est 100 000 grains grains soit 100 kg …et non 10 000 = 10 kg = une sacoche 😉
    – un tonneau = 1 000 000 (un million) de grains = 1 tonne.

    Répondre
    • 7 juillet 2017 à 19 07 11 07117
      Permalien

      corrigé ma boulette !

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :