Comment ça gagne sa vie, un adventore ?

Savoir comment un adventore est rémunéré, combien il peut espérer gagner, à quoi il doit s’attendre en matière de dépenses, etc., c’est un sujet important, d’autant que forcément, si le MJ ne se pose pas la question, les joueurs vont le lui demander tôt ou tard. Si nous avons déjà abordé dans les suppléments gratuits les sujets financiers, ici, nous allons donc spécifiquement causer andris pour les personnages-joueurs.

À ce sujet, nous allons revenir d’ailleurs sur l’avantage Richesse et comment le gérer en jeu, celui-ci finissant tôt ou tard par devenir une possibilité ouverte aux PJ. Ces derniers tendent en général à accumuler tôt ou tard des trésors ; enfin, s’ils ne se font pas ruiner, arnaquer, taxer ou voler en cours de route, bien sûr. Et nous allons voir qu’il n’est pas toujours facile de garder ses andris.

Bien entendu, vous n’avez aucune obligation de vous servir de ce guide pour gérer les moyens financiers de vos personnages. C’est un guide et c’est tout ; il n’existe que pour vous permettre d’avoir des références et, éventuellement, des moyens de simplifier ou de compliquer la vie de vos adventores ; après tout, l’argent, c’est le nerf de la guerre. Mais, encore une fois, ne vous sentez pas obligé de vous en servir. Faites-vous plaisir avec et faites plaisir à vos joueurs !

1- Les primes des adventores

Les adventores sont souvent employés à des missions spéciales, comme de l’enquête, de l’escorte ou de la protection, sans oublier la reconnaissance, l’exploration ou simplement la recherche d’un individu. Leur travail ne se limite bien entendu pas à cela : les adventores peuvent travailler pour un maitre-marchand, pour un magistrat ou pour eux-mêmes, en servant leurs propres intérêts et objectifs. Un adventore est avant tout un individu voyageur et aventurier ; en aucun cas, il n’est forcément un mercenaire ou un enquêteur à louer. Et pas besoin d’accepter une mission proposée par une tierce pour s’attirer des ennuis et vivre des aventures palpitantes.

Ceci dit, le groupe d’adventores à la recherche d’occasions de se faire de l’argent, s’il fait cliché, est une manière fort pratique d’aborder le jeu dans les Chants de Loss. Ainsi, les adventores voyagent et opèrent en équipe : ils peuvent travailler au service d’un homme riche et puissant qui a besoin d’exécuteurs de tâches sortant de l’ordinaire qu’il ne peut faire lui-même ou travailler pour leurs propres buts, en profitant éventuellement des occasions qui se présentent de proposer leurs services pour gagner leur vie.

En général, quand un client engage des adventores, c’est à la semaine qu’il loue leurs services et il paye moitié d’avance. Il doit donc présenter l’affaire et négocier avec les PJ, histoire de discuter du temps nécessaire pour accomplir la tâche proposée et causer prix. L’autre moitié de la somme est versée quand l’affaire est réglée. Les hommes très puissants ne vont en général pas négocier eux-mêmes ; ils ne préfèrent pas se mouiller et ils ont des intermédiaires pour ça. Ainsi, c’est un homme de confiance, un secrétaire, un juriste, un capitaine de garde privée qui se chargera en général de causer gros sous avec les adventores, sous escorte, bien entendu. Cela peut aussi, pour certaines affaires plus louches demandant une discrétion certaine qu’on enverra un courtier, embauché lui-même à la mission, qui agit comme intermédiaire. Ils sont quelques-uns, à Armanth, par exemple, à faire ce métier. Sans surprise, ils sont assez proches de la Cour des Ombres et ont leurs propres gardes du corps.

Les rémunérations

Ci-dessous, voici les chiffres indicatifs, pour une rémunération à la semaine lossyanne. Ce ne sont pas des tarifs de mercenariat. Ces derniers sont engagés à des tarifs en général plus bas : les moins bien payés ont d’ailleurs à peine de quoi boucler leur mois et manger à leur faim tout en risquant leur vie.

  • Rémunération de base : 10 aa par adventore engagé par semaine.
  • Rémunération pour mission risquée ou exploration : 15 aa par adventore engagé par semaine.

Avec une rémunération qui peut donc monter à quatre andris d’or par mois lossyan en moyenne, un adventore, ça peut en effet sembler bien gagner sa vie. Mais ce n’est pas si simple ; un adventore ne va en général pas trouver ce genre de travail tout le temps, loin de là. S’il parvient à cumuler plus de trois mois de travail sur l’année, il aura de la chance. Et pour trois mois totalisés de travail, soudain, ses moyens ne sont plus les mêmes : 15 andris d’or par an, cela fait une moyenne de 12 andris d’argent environ par mois. Ce n’est guère mieux que le salaire moyen d’un mercenaire confirmé.

Cela dit, un adventore, ça ne s’engage pas au même tarif s’il est inconnu ou plus célèbre que l’Elegio d’Armanth. Ça n’est pas non plus pour les mêmes missions ni les mêmes résultats qu’on souhaitera les recruter et, plus un adventore a de Légende, plus il lui est aisé de négocier ses tarifs.

Voici une petite table pour causer du rapport entre augmentation de tarifs par semaine et Légende des adventores :

  • Score de Légende de l’adventore : 2 à 3 : +3 aa, 4 à 5 : +5 aa, 6 à 7 : +10 aa, 8 à 9 : +30 aa

On ne causera pas de combien on paye un adventore de Légende 10. C’est impossible à chiffrer et il est probable qu’il puisse demander n’importe quelle somme qui paraisse raisonnable à ce stade de renommée.

Prise en charge des frais : à noter qu’un employeur honnête ou simplement soucieux que ses objectifs réussissent prendra en charge les frais d’une mission qui demande un voyage ou une expédition et donc l’équipement et les provisions nécessaires. Pour faire simple de ce côté-là, on compte un andri d’argent par jour et par personne en voyage, 2 andris par jour et par personne si le voyage se fait en navire lévitant, ceci comptant donc le prix des provisions et l’entretient des montures. Vous avez plus de détail et de données passionnantes sur ce sujet dans le Supplément Voyages.

Missions très risquées

Même dans un monde où la loi est à géométrie variable et où un dessous de table bien placé règle ce genre de tracas, les offres de missions les plus illégales sont dangereuses, autant pour leur résolution que pour leurs conséquences.

Ici, on parle d’enlèvement, de sabotage, de vol de secrets ou encore de meurtre et on joue dans la cour des notables, des princes et des Maîtres-marchands. Il ne s’agit plus d’un engagement à la semaine, mais d’une rémunération ponctuelle. Ce n’est pas le niveau de Légende des adventores qui influe le plus sur le prix, mais avant tout celui de la cible de la mission ou de son niveau d’Influence.

Pourquoi parle-t-on de l’avantage d’Influence ici ? Parce que certains hommes puissants peuvent ne pas être forcément légendaires, par exemple parce qu’ils sont très discrets. Pour estimer le degré de risque et de danger de la mission, on fait donc le total des deux chiffres de l’Avantage Influence de la cible de la mission, ce qui donne un résultat de 2 à 10 et permet d’estimer ainsi combien il faudra payer les adventores pour une telle mission.

Bien sûr, pour réussir l’enlèvement d’un individu puissant, par exemple de Légende ou d’Influence 8 ou 9, on ne va pas embaucher des adventores de Légende 1… sauf être idiot, fauché, ou avoir un autre plan en tête. Ceci dit, cela pouvant arriver, c’est avant tout la Légende ou l’Influence de la cible qui compte pour déterminer la rémunération :

  • Cible de légende 2 à 3 : 20 aa par adventore
  • Cible de légende 4 à 5 : 50 aa par adventore
  • Cible de légende 6 à 7 : 200 aa par adventore
  • Cible de légende 8 à 9 : 500 aa par adventore

Voici une petite table pour causer du rapport entre augmentation de tarifs pour la mission et Légende des adventores :

  • Score de Légende de l’Adventore : 2 à 3 : +5 aa, 4 à 5 : +25 aa, 6 à 7 : +50 aa, 8 à 9 : +100 aa

Pour ce genre de mission, l’employeur ne fournit en général aucune prise en charge de frais. Mais il est possible de lui demander des moyens matériels et informations nécessaires à réussir la mission. Après tout, s’il veut que les adventores volent un secret bien gardé, il est préférable qu’il vienne avec les indications et plans pour savoir où trouver le secret en question.

Les risques de perdre ses trésors

Une petite note sur le problème de revenir à la civilisation, chargé de trésors, d’or et d’argent, et pouvoir les garder. C’est que, hormis les éventuels risques d’une rencontre avec des bandits de grands chemins divers, les cités de Loss ont toutes des collecteurs de taxes et des gardes à l’entrée, qui fouillent les quidams passant les portes et taxent leurs valeurs. Des taxes qui ne sont pas très élevées pour le maraicher qui vient vendre ses légumes ou pour le bourgeois citoyen de la ville, qui ont des tarifs préférentiels pour les membres des guildes locales, mais qui peuvent devenir nettement plus conséquentes pour des voyageurs de passage et encore plus s’ils ont des trésors à l’origine douteuse ou inconnue dans leurs sacs.

Et là, c’est très simple : dans le meilleur des cas, c’est-à-dire un petit dessous de table aux collecteurs et quelques palabres pour être convaincant, en espérant tomber sur un officier pas trop zélé et en ayant pas trop de fortune douteuse dans ses affaires, en général, c’est un tiers des valeurs estimées qui va être taxé. Ça ne fonctionne que si les dits-trésors ne représentent pas une trop grande fortune et qu’ils ne sont pas visiblement d’origine illégale ou interdite. Des objets volés ou d’apparence volés ou des Artefacts Anciens, ça ne passera pas du tout. Dans les pires cas, c’est à dire tous les autres, c’est la saisie complète des valeurs douteuses et un risque de faire un tour dans les geôles locales avant de se faire interroger par un magistrat suspicieux avec un risque d’amende en prime, voire pire.

Ce n’est pas pour rien que les chasseurs de trésors, les chasseurs d’artefacts et les cambrioleurs ont des réseaux de contrebande et de recel pour faire transiter leur marchandise risquée et monnayer leurs découvertes.  Ils y perdent au passage 50% de la valeur totale de leurs trésors dans ce genre de transaction, mais c’est autrement mieux que de se faire déposséder de tout. Autant dire que c’est une solution à proposer à des adventores qui voudrait, on s’en doute, pouvoir profiter de leur richesse durement gagnée.

 

2- Le coût de la vie

Un adventore, cela doit bien pouvoir manger, dormir, avoir un toit, se vêtir et, accessoirement, payer ses taxes comme tout le monde ; ces dernières étant souvent ponctionnées aux portes des villes, ou sur les ponts, il n’est guère aisé d’y échapper.

Un niveau de vie, cela se finance, donc. Et c’est important d’y penser dans les aventures de loss. Un adventore peut éventuellement amasser pas mal d’argent, mais il doit aussi en dépenser, ce qu’il fait en équipements et plaisirs divers, bien entendu, mais aussi en niveau de vie. On va éviter de détailler les frais en question, et se contenter de proposer un niveau de dépense par mois lossyan, en fonction du niveau de vie dont veut profiter l’adventore.

  • Niveau social pauvre ; ouvrier, journalier, marin : 6 aa.
  • Niveau social faible ; petit artisan & commerçant, mercenaire : 12 aa
  • Niveau social moyen ; artisan & commerçant, administration, personnel public : 15 aa
  • Petite bourgeoisie ; marchands, autorités administratives et militaires : 20 aa
  • Bourgeoisie moyenne ; bourgeois rural, marchand aisé, tribun, officier militaire : 50 aa
  • Grande bourgeoisie ; marchands riches, aristocratie, hautes fonctions civiles : 100 aa

Au-delà, on arrête de compter ; un prince peut dépenser 1000 aa par mois pour ses frais personnels, un Maitre-marchand puissant le double de cette somme.

Cette table couvre les dépenses mensuelles courantes de tout type : c’est-à-dire qu’une fois payé cela, le personnage ne se soucie pas des frais, ni pour lui, ni pour son personnel ou ses esclaves, ni pour ses montures. S’il a une famille, les frais peuvent être supérieurs, mais on ne va pas chipoter sur ce détail.

Si cependant le MJ se sent taquin, rajoutez 50% à cette valeur par mois pour estimer le coût pour une famille de 5 à 6 personnes environ.

Et à quoi sert cette table ? Entre autres à forcer les joueurs à se souvenir que les adventores ont une vie et donc des dépenses, tout en facilitant l’estimation de celles-ci sans devoir aller regarder dans l’équipement et les aides de jeu sur les niveaux de vie, les dépenses, les services, etc. Et puis, cela aide à vider les économies des adventores, ce qui fournit toujours une bonne motivation d’aventures à leur proposer quand ils vont se remettre à chercher du travail.

3- Avantage Richesse et niveau de vie

L’Avantage Richesse peut s’acquérir à la création du personnage ou en cours de jeu. Pour cela, il faut avoir une certaine fortune, que l’on pourra investir, ou encore un rang social ou une influence qui assure une rémunération régulière. Bref, on ne peut pas acheter cet avantage simplement avec quelques XP, il faut un contexte favorable.

En retour, cet avantage a un intérêt en cours de jeu : il va payer le niveau de vie de l’adventore et couvrir ses frais mensuels. Voici donc ci-dessous la table qui explique à peu près comment cela se passe :

  • 1-3 : Richesse modeste. En plus du coût en XP, demande un investissement d’environ 200 aa ; fournit un niveau de vie de 10 à 15 aa.
  • 4-6 : Richesse moyenne. En plus du coût en XP, demande un investissement d’environ 500 aa ; fournit un niveau de vie de 20 à 40 aa.
  • 7-8 : Richesse aisée. En plus du coût en XP, demande un investissement d’environ 1000 aa ; fournit un niveau de vie de 50 à 70 aa.
  • 9 : Richesse luxueuse. En plus du coût en XP, demande un investissement d’environ 10 000 aa ; fournit un niveau de vie de 100 à 300 aa.
  • 10 : Pété de thunes. En plus du coût en XP, demande un investissement d’environ 20 000 aa ; fournit un niveau de vie de 500 aa ; autant dire que l’adventore nage dans le luxe.

Là encore nous vous proposons cette table comme guide et aide de jeu. Libre à vous de l’interpréter à votre goût pour vos aventures de Loss. Il y a bien d’autres façons de gagner l’Avantage Richesse, sans être forcé de trouver l’investissement proposé ci-dessus. Cette table sert seulement de référence un peu plus détaillée que celle des règles du jeu de base, et aborde et règle le problème des dépenses de niveau de vie des adventores. À vous d’en faire bon usage, de l’adapter à votre convenance ou de préférer faire les choses à votre envie !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :