10- L’Imareth

Géographie

L’Imareth est l’une des vastes îles de l’archipel central des Mers de la Séparation. Longue d’un peu plus de 600 milles, l’Imareth est très montagneuse, d’un climat méditerranéen assez humide, couverte de bois peu denses. Les forêts profondes y sont rares ; sur toute l’ile poussent des massifs de bosquets pouvant s’étendre en maquis épais à perte de vue.

Les montagnes qui barrent l’est de l’ile tombent à pic en calanques dans la Mer des Pirates, et leurs sommets s’élèvent à presque 3000 mètres. La côte nord est ainsi presque inhabitée et pour tout dire, inhospitalière à part quelques rares criques étroites. Entre l’Imareth et Terancha se trouve tout un chapelet d’iles serrées, les Dhamiris, aux eaux peu profondes et bardés de dangereux récifs coralliens. Il faut bien connaitre la seule voie de navigation qui les traverse pour ne pas se rajouter à la longue liste des navires qui se sont échoués contre ces iles. Elles sont d’ailleurs habitées et plusieurs communautés sont des naufrageurs qui trompent les navires en allumant de faux feux de signalisation et que même l’Imareth pourchasse pour s’en débarrasser.

Politique

L’Imareth est dominé par une sorte de fédération informelle de prince-pirates et de petits rois, le plus souvent conservant leur pouvoir par un subtil mélange entre compétence politique et brutalité. Le pouvoir n’y est que rarement héréditaire. Le commandement et l’influence se gagnent et se perdent par la ruse et la force, ce qui implique des conflits fréquents. Pourtant, les prince-pirates de Gillas sont élus par les capitaines des navires pirates de la cité, tandis qu’à Anédeïmos, le roi est en poste tant qu’il n’est pas destitué ou assassiné par un rival qui prendra sa place. On retrouve la même ambiance dans les communautés rurales et les villages de pécheurs. La force et la ruse règnent en maitre sur une organisation politique chaotique, au point qu’en général les habitants de l’Imareth ont pour habitude de se débrouiller entre eux pour assurer les services communs.

Il va sans dire et nous en avons déjà parlé, que l’Imareth et ses activités de piraterie, d’esclavage et de trafics est une région de fort mauvaise réputation. On ne regarde jamais un Imareth sans méfiance, même quand on le connait bien. S’ils partagent les mêmes traits assez progressistes et modernes que les Teranchens, les Imareth restent avant tout pour tout le monde un peuple d’hommes sans foi ni loi, dénué de pitié et d’honneur ; cela n’aide pas à des négociations sereines, mais pourtant, nombre de maitre-marchands d’Armanth ont des relations et des intérêts commerciaux dans les équipages et comptoirs pirates de la région, et entretiennent des relations étroites, histoire d’éviter d’être la cible des pirates.

Gillas

Capitale par défaut de l’Imareth, mais surtout pour sa bonne santé économique et son influence stratégique que pour des raisons politiques, Gillas compte 65 000 habitants. La ville, qui abrite un port fortifié particulièrement vaste et impressionnant, est divisée en quartiers mouvants sous le contrôle de princes-pirates réunis en un conseil de ville, qui en fait délègue ses responsabilités à des secrétaires et administrateurs chargés de tenir la ville en bon état. Le reste du temps, les princes-pirates se chamaillent allègrement entre deux campagnes de piraterie ou de mercenariat dans les Mers de la Séparation. Assez chaotique, mal gérée, la ville compte un grand nombre de pauvres et d’indigents, mais aussi la plus grande proportion de compagnies mercenaires de tout Loss, plus encore qu’à Armanth.

Dulce Valles

La région sud de l’Imareth est vallonnée et couverte de maquis, entrecoupés de terrasses de vergers et de vignes descendant en champs cultivés jusqu’à la mer. L’ambiance y est amicale, accueillante, paisible même, fort loin de l’image de Gillas et ses pirates. Les habitants commercent directement avec leurs voisins Teranchens. C’est la plus riche région agricole de l’Imareth et une sorte de consensus veut que les princes-pirates, les rois et leurs querelles ne viennent pas affecter l’économie de la région, vitale pour toute l’ile.

Les Vépérides

Les Vépérides sont une très ancienne colonie Imareth au nord d’Anédeïmos. L’archipel est constitué d’iles désolées où vivent des pécheurs et éleveurs au pied de volcans actifs. Les iles sont voisines de Kalumna et les locaux y font commerce, principalement de poisson, de viande et de peau. C’est aussi un refuge connu des pirates de l’Imareth dans leurs campagnes de piraterie et il s’y trouve quelques petits ports fortifiés bien dissimulés.

Lieux particuliers :

Les grottes du Karadur :

Dans une vallée nichée au cœur des montagnes se trouve une vaste grotte naturelle, d’ailleurs habitée par des bergers qui en ont fait une habitation troglodyte. Mais tout au fond des galeries courant à plus de deux milles dans les profondeurs, ces mêmes bergers parlent d’une immense porte prétendument faite de pur loss-métal. Personne ne l’a jamais ouverte, mais quelques explorateurs sont allés voir de plus près et parlent de bas-reliefs Anciens et d’étranges machines immenses autour de cette porte, restée close depuis des éons.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :