Les Erebs

Issus de peuples moyen-orientaux montagnards et très secrets, les Erebs vivent du bois et de l’agriculture. De culture en partie matriarcale, très mystique, la sagesse et l’observation du monde naturel tiennent chez eux une très grande place, et ils ne reconnaissent pas la foi de l’Église du Concile. C’est leur isolement, leurs montagnes et leurs forêts qui les ont épargnés des Croisades des ordinatorii, et ils entretiennent de bons échanges commerciaux avec Armanth.

Apparence générale : Assez petits (1m70 à 1m85) et plus secs que les Athémaïs, les traits plus arabisants et marqués, la peau assez foncée. Étrangement les yeux bleus ne sont pas rares, fruit de métissages anciens un peu oubliés. Les Erebs ressemblent fortement aux habitants du Golfe Persique.

Traits de personnalité : Calmes, mystiques, méditatifs, assez fatalistes, assez fermé au monde extérieur. Rarement de nature guerrière, mais il en existe une caste, redoutée, les Bhaarams. Un dicton athémaïs dit que quand un Ereb vous adresse plus de 5 mots, c’est que vous êtes un être spécial.

Langage : l’Abalon, dont l’alphabet syllabique s’écrit en stries le long de lignes verticales. Mais le plus souvent les Erebs emploient l’alphabet Athémaïs.

Vertus : La sagesse est primée par ce peuple, non dans son aspect intellectuel et culturel, mais dans un sens profondément plus philosophique et contemplatif. L’Honneur est mis en avant dans la fidélité à la parole, aux traditions, aux codes et à la Foi Ereb. Le Courage est respecté lui aussi, mais pour les Erebs, il menace toujours de se confondre avec l’orgueil et l’intrépidité.

Organisation : tribale, les chefs des villages sont des toujours, des hommes élus par chaque membre adulte du village. Cependant les chefs de famille sont toujours les Anciennes, les grand-mères de la famille et même le chef écoute donc son ancienne. Les ascètes et chamans des villages sont quant à eux conseillers spirituels et matériels des chefs. La société Ereb est très figée, et fonctionne par castes. Celles-ci sont assez poreuses, mais changer de caste nécessite de respecter des épreuves et des rites orchestrés par les ascètes et les Anciennes, ou de faire ses preuves devant le chef et son conseil. Ne pas avoir de caste chez les Erebs condamne les malheureux à ne pas recevoir d’aide de la communauté ; il est possible de perdre sa Caste, une punition répandue pour des délits et crimes graves.

Religion : Chamanisme mystique basé sur les quatre éléments, liés aux Vertus, ce qui en fait le dernier peuple lossyan à suivre la voie chamanique des Vertus et donner une importance à la Foi et l’Air, que l’on nomme le Haana. Les croyances Erebs sont entièrement bâtie sur les Vertus et leur signification symbolique. La pratique ascétique demande beaucoup de rituels méditatifs et d’épreuves initiatiques que peu d’individus peuvent endurer. Le Haana consacre une grande place à une profonde connaissance des phénomènes naturels, et il s’avère que les ascètes et chamans sont tous experts de la climatologie.

Ennemis & alliés : l’Eglise en général voue les Erebs à l’Hérésie pour bien des raisons évidentes. Ainsi, les seuls alliés réels des Erebs sont les Athémaïs. Mais les Nomades des Franges commercent avec ces mystiques sans écueils, malgré leur crainte des pratiques magiques et sombres à leurs yeux des Erebs. Enfin, ces derniers ont des relations très chaleureuses, bien qu’assez rares avec les San’eshe, faisant exception à la haine de ce peuple de tous les étrangers.

Capitale : Harrimsid, qui en fait est un comptoir athémaïs d’une douzaine de milliers d’habitants, où vivent quelques centaines d’Erebs et qui leur sert de marché extérieur.

Production & commerce : du bois, des métaux (fer et cuivre), du mellia et autres produits rares et précieux extraits de la canopée, et du poisson, dont des leregus, des crustacés dont la viande peut être séchée et qu’Armanth raffole. Mais le commerce extérieur n’est guère le souci des Erebs.

Notes culturelles : Les Erebs sont secrets et n’aiment pas s’ouvrir aux autres peuples de Loss, qu’ils considèrent impurs et trop dévorés de passions matérielles. Ils ne se mêlent au minimum des affaires du monde et attendent qu’on leur rende la pareille. Comme pour les Dragensmanns, les Chanteurs de Loss y sont libres et sous la tutelle des chamans et la surveillance de tous. Ils sont considérés sacrés. Les Erebs ne pratiquent pas l’esclavage mais ne font rien contre qui le pratique, et n’accueille que sporadiquement des esclaves en fuite.

Noms :

  • Masculin : Bilyad, Saafi, Khalad, Rashi, Emeth, Khashif, Khan, Alam, Ali, Ferez, Malik, Zahad, Imran, Faruk
  • Féminin : Noor, Leah, Hasfa, Emra, Fatima, Najil, Areeba, Ayasha, Shabi, Tima, Anun, Rebi, Khama, Uhuri.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :