15- Terancha et Khoïenomos

Géographie

Teranchen est le nom de l’ile principale de l’archipel qui barre tout le sud-est des Mers de la Séparation. Voisin de l’archipel des Sane’she, il occupe une place stratégique entre l’Athémaïs et les Cités-unis. Le climat de Terancha est méditerranéen et océanique, de plus en plus humide à mesure que l’on se dirige vers l’est et l’ile des Fournaises Rouges.

La végétation teranchen est constituée principalement de maquis et de beaux bosquets épais, avec dans de vastes vallées des forêts profondes qui deviennent d’impénétrables jungles sur tout le fronton est.Teranchen est barrée en son centre par une chaine montagneuse comportant quelques sommets dépassant les 3000 mètres, avec un seul col réellement accessible, la Passe Noire, qui permets de traverser les montagnes en leur centre. Malgré une assez notoire présence humaine, Teranchen reste en grande partie sauvage : la faune lossyanne y pullule, grands prédateurs compris, et aussi bien les maquis secs de l’ouest que les forêts et jungles de l’ouest ne sont pas des lieux sûrs pour les voyageurs. Le plus connu des prédateurs teranchens est le loup-vipère, fauve arboricole qui hante les maquis et les bosquets épais. Mais on croise aussi des draekyas, des griffons et des tarbosarres.

Une des raisons pour lesquels les Teranchens vivent surtout sur les côtes tient au volcanisme de leur chaine de montagne, et à sa nature très sismique. C’est une des raisons pour laquelle les Fournaises Rouges sont très peu colonisées.

Politique

Terancha est une ile de marins et de commerçant ; les deux concepts sont d’ailleurs si indéfectiblement liés qu’en Eqrasi, la langue teranchen, les deux mots sont pratiquement semblables et proviennent de la même racine. Si l’aristocratie et le concept de lignées royales est très important, voir sacré pour les teranchens, leur élite est la profession de marins et toute politique sensée tend à leur octroyer nombre d’avantages pour encourager leur métier. Ainsi, un capitaine de navire est systématiquement anobli et son équipage considéré alors comme l’ensemble de ses vassaux, avec des lois spécifiques les protégeant tous.

Comme on le mentionne plus haut, Terancha est assez peuplée, mais surtout sur ses côtes, ce qui n’étonnera personne. A l’exception de Khoïemonos, les cités-états sont plutôt petites et dépassent fort rarement les 5000 habitants. Si elles sont souvent en conflit les unes les autres, ceux-ci se résument à des rivalités, et quelques batailles navales, d’ailleurs assez ritualisées pour éviter les pertes humaines et matérielles. Les seules véritables exactions viennent des conflits entre Terancha et les pirates de l’Imareth, ces derniers n’hésitant guère aux raids sur leur voisin.

Khoïenomos

  • Capitale culturelle et politique des Teranchens, pôle économique et port de commerce incontournable pour tous les marins des Mers de la Séparation.
  • Pop : 310 000 habitants.
  • Dirigeant : La Reine Ganiceïs, assistée du Conseil de Régence et de l’Agora de la cité.
  • Forces militaires : 4 légions d’ordinatorii, 4 de garde civile et une flotte forte de 120 navires de guerre dont un tiers lévitant, pour au total environ 40 000 soldats et marins de guerre.
  • Principe de la ville : surnommée la Belle Cité, non pour son apparence, mais pour la liberté de ses habitants, femmes comprises.

Khoïenomos est un vaste port en partie fortifiée dont les quais et les arsenaux débordent si largement au-delà de ses murailles que la ville a finalement renoncé à agrandir ses fortifications. Pour répondre à la nécessité impérieuse de pouvoir défendre son port, les autorités de la ville aidés de quelques génies fous ont trouvé une solution originale : les quarataires. Ce sont d’énormes galères déclassés, qui ont été arrimés dans la baie, les flancs et structures blindés de bronze et de fer, bardés de rangées de canons et de mortiers et qui servent de forteresses flottants. Il est pratiquement impossible de les faire manœuvrer, mais ils gardent la baie comme autant de châteaux-fort posés sur l’eau, qui d’ailleurs, avec les années, se sont vus agencées de quais flottants et de grues d’amarrage. Deux de ces quarataires ont d’ailleurs été offerts par la Guilde des Marchands, très présente et influente dans Khoïenomos.

Khoïenomos possède avec Armanth un point commun frappant : c’est une ville d’échange, où tout se vend et s’achète, où toutes les idées circulent, même les plus hérétiques aux yeux de l’Eglise, et ù est permis largement ce qui serait considéré moralement inacceptable ailleurs, à commencer par la liberté et les droits des femmes. Bien sûr ce n’est pas non plus un havre d’égalité, loin de là. Mais c’est un des lieux les plus ouvert à cette idée progressiste, qui ne choque guère que les plus obtus des Teranchens. Les autres s’en fichent et en fait profitent de leur Belle Cité, connue entre autres pour sa liberté de mœurs sexuels.

Khoïenomos est actuellement dirigée, bien que le mot soit un peu exagéré tant la royauté est seulement représentative dans la cité-état, par la Reine Ganiceïs Aquilée. Agée de 24 ans, elle a accédé au trône à la mort accidentelle de son époux, peu après avoir eu son second enfant, un héritier mâle qui actuellement a 4 ans. Les Teranchens étant ce qu’ils sont, il n’a pas été question de désigner un autre roi puisque l’héritier est né. La ville est donc officiellement sous régence, mais en fait Ganiceïs que tout le monde croyait inoffensive est une redoutable et efficace politicienne au charisme attachant et puissant, dont les décisions et initiatives ont fait énormément pour la population indigente et les petits artisans, avec pour résultat un puissant bond économique qui a attiré en quelques années énormément d’immigration et d’investissements. Il est à parier que Ganiceïs, de plus en plus aimée du peuple et soutenue par la Guilde des Marchands, risque de rester reine pour encore de nombreuses années.

Les Dhamiris

Petit chapelet d’iles au trafic commercial important. Omiris, un port en plein essors et qui commence à devenir une petite ville industrielle, est le point de départ des navires chargés d’esclaves, de bois de produits rares venant des Iles Sauvages et de l’Archipel San’eshe.  Avant que le commerce naval n’explose, les Dhamiris étaient des iles désolées de pécheurs pauvres, au sol infertile et dont les forêts ne sont plus que des souvenirs.

Les Iles Sauvages

A l’origine les Iles Sauvages étaient peuplées de San’eshe, mais il n’en reste plus un seul, exterminés, asservis et, pour les survivants, exilés au sud, tandis que les iles étaient colonisées par les Teranchens. Malgré tout, les Iles Sauvages portent bien leur nom, ce sont des jungles impénétrables et dangereuses, que les Teranchens exploitent avec nombre de difficultés. Mais le bois, le ciment de résine, les épices et produits de luxe qu’on peut y trouver et y faire pousser assurent la richesse de ses colonies au nombre encore très modeste.

Tansheyn

Tansheyn porte le nom de la cité-état qui domine ce bout de l’ile des Fournaise Rouges : Tansheynimis. La plupart des Teranchens considèrent fous les habitants de cette région car ils vivent à l’ombre des volcans en permanente activité de l’ile, et il ne se passe pas 5 ans sans une éruption majeure de la Bouche du Titan, le plus actif des volcans connus de toutes les Mers de la Séparation. Mais c’est cette activité qui dure depuis des éons qui assure la richesse des communautés installés sur l’ile, qui exploitent le fer, le plomb, l’or, le platine, le loss-métal, mais aussi les sels soufrés et enfin d’énormes gisements de guano, issus des colonies d’oiseaux.

Lieux particuliers :

Les Fournaises Rouges : si l’ouest des fournaises Rouges est occupé et habité, on peut se demander raisonnablement comment on y parvient tant la région est en permanence bouleversée par une activité sismique et volcanique permanente. La moitié ouest de l’ile est sauvage, dangereuse et inhabitée, mais pourtant couverte de jungles et de mangroves, régulièrement dévastée par des incendies, qui semblent pourtant ne pas affecter la végétation luxuriante qui reprends ses droits en permanence. On prétends que dans les profondeurs des cavernes de lave de la Bouche du Titan se trouve l’entrée vers des Ruines Anciennes, rumeur accréditée par la circulation d’artefacts dans la région, mais les habitants de l’ile eux-mêmes sont les premiers à prétendre que c’est une légende.

Le Karo : Le Karo est un ensemble de Ruines Anciennes cachées à flanc de montagne au cœur de Terancha. Il a été exploré de fond en comble, mais des sections entières, barré par des portes titanesques de métal inaltérable, restent toujours inaccessibles. Ce sont sans doutes les Ruines Anciennes les plus connues, elles sont même visitées par des voyageurs, des guides offrant leurs services pour en visiter les zones sûres. Et de temps en temps, ces visiteurs disparaissent sans laisser de traces.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :