Les navires

(si jamais des experts de marine et de vieux navires peut  vérifier la capacité et les stats des navires ici présents, ils peuvent répondre en commentaire ou me joindre directement. Bien lire les données avant, histoire de ne pas faire comme moi : confondre les différentes mesures de tonneau en marine, et finir par tout refaire à la calculette en se demandant si c’est juste au final)

Les descriptions et informations qui suivent concernent les caractéristiques de voyage et de tonnage de différents moyens de transport naval. Nous n’abordons aucunes caractéristiques de combat, ce sujet sera abordé dans le supplément de jeu Da Vinci-punk. Les navires présentés ici sont les versions commerciales et de transport et non les versions de guerre.

Moteurs : on parle ici des moteurs à lévitation chargés de faire flotter l’embarcation. Un moteur à lévitation nécessite l’expertise d’un ingénieur pour le faire fonctionner et l’entretenir. Les prix qui suivent ne tiennent pas compte des moteurs (compter 2000 andris par moteur, environ)

Capacité : le nombre raisonnable de tonneaux (tonnes) qu’on peut entasser dans l’embarcation avant que celle-ci ne risque de sombrer.

Vitesse max : la vitesse journalière supplémentaire en milles (km) que peut parcourir une embarcation sur un trajet court (voir chapitre Voyages)

Equipage/passagers : le nombre optimum de personnel nécessaire au fonctionnement de l’embarcation/le nombre idéal de passagers dans le confort que permets l’embarcation.

Entretien : le cout dépensé par semaine de voyage, pour assurer l’entretien du navire et de son équipage. Cela inclue réparations, ravitaillement et salaire de l’équipage. Plus le navire est performant, plus ce coût est élevé.

Prix : le prix générique du navire en ville, en andris d’argent ou d’or. Il comprend le coût de son armement minimal en tant que navire de commerce, mais pas le coût de recrutement de l’équipage (voire entretien)

Disponibilité : (voir règles du jeu)

Barque/canot

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
non 1 à 3 +0 1/6 1 qn 5 aa 1

Une barque est un petit bateau propulsé à l’aviron ou à la rame. Elle peut être à fond plat ou adapté pour la voile, mais ne permet de naviguer qu’à proximité des côtes et ne comporte aucun confort pour y résider plus de quelques heures. Elle est le modèle le plus courant d’embarcation de bord pour les grands navires. Longueur : 6 à 7 mètres

Péniche/barge

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
non 20 à 50 +0 4/12 5 aa 25 à 60 aa 1

 

Bateau à fond plat, très lent, la péniche ou barge est faite pour la navigation fluviale, en général en convoi tiré par des bateliers et des animaux de bâts depuis la rive, ou descendant le fleuve à la vitesse du courant. Mais les barges peuvent servir au transbordement des navires à l’ancre dans un port, en se servant de cordes, poulie et force humaine, animale ou mécanique pour leur propulsion.
Note : en navigation fluviale, une péniche parcours 40 km par jour dans le sens du courant, 10 km quand elle le remonte. Longueur : 35 à 40 mètres

Chaloupe à voile

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
non 2 à 5 +0 2/8 3 aa 50 aa 1

Une chaloupe est un petit bateau de pêche ou de commerce très répandu, équipé le plus souvent de voiles au tiers (des voiles auriques en forme de trapèze) et qui comporte souvent des avirons. Elle permet souvent de résider quelques jours dans un confort tout relatif, mais peut affronter la haute mer. En navigation fluviale, dans régions d’estuaires et les hautfonds, on l’appelle souvent gabare Elle peut être employée comme embarcation de bord sur les plus grands navires. Longueur : 8 à 10 mètres

Langskip

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
non 6 à 8 +5 4/30 6 aa 150 aa 3

Navire ponté ou non (parfois le pont est amovible pour le transport de marchandises) de petite taille, adapté aussi bien à accepter un important équipage de rameurs, qu’à naviguer à la voile avec un équipage réduit. C’est le cousin du « drakkar » que nous connaissons sur Terre. D’un faible tirant d’eau et d’une grande robustesse, ce navire peut faire de la haute mer aussi bien que remonter les fleuves. Malgré une forte capacité, ce n’est pas un vaisseau offrant un réel confort à ses passagers. Il est peu répandu dans le monde de Loss, sauf chez les Dragensmanns. Longueur 20 à 30 mètres

Caravelle

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 10 à 18 +0 25/12 30 aa 1000 ao 2

L’ancien navire de commerce le plus courant du monde de Loss, désormais dépassé, d’abord par le galion, puis de plus par la goélette, la caravelle est un navire à voiles triangulaires, à hauts bords. Avec un faible tirant d’eau, un confort remarquable et une capacité de charge élevée, ce navire peut aisément traverser la haute mer pour des voyages au long cours, en exigeant un nombre assez réduit d’équipage. La caravelle tend à disparaitre, mais reste encore relativement répandue. Longueur : 25 à 35 mètres.

Sloop

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 5 à 8 +10 8/12 10 aa 1500 ao 2

Le terme désigne ici ce que l’on surnommait en marine ancienne le « sloop of war », navire plutôt petit, à un ou deux mâts et gréement carré. C’est un navire rapide, robuste et qui est affectionné par les armées et les compagnies pirates. Il n’a pas de grande capacité de transport, mais elle reste suffisante pour le petit commerce et il compense cela par une vitesse de déplacement remarquable. Il est surtout employé dans les Archipels et l’Etéocle. Longueur : 25 à 30 mètres.

Chebec

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 4 à 10 +5 10/16 13 aa 1750 ao 2

Petit navire de transport oriental, très courant en Athémaïs, à trois mâts et voiles latines, très adapté au cabotage, ce navire, qui est relativement récent, est remarquable par sa robustesse, sa vitesse et sa manœuvrabilité. Il est souvent muni d’avirons et il est même capable de faire la guerre, une fois bien armée, comme le sloop ; mais cet usage n’est pas si courant. D’un faible tirant d’eau, il peut remonter les estuaires et les fleuves calmes et s’aventurer sur les hautfonds. C’est aussi un navire apprécié pour la pèche et la piraterie ; cependant, le confort des passagers et de l’équipage y est très relatif. Longueur : 30 à 40 mètres.

Jonque

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 à 3 15 à 25 +5 14/16 16 aa 1800 ao 2

La jonque est le type de navire le plus courant en Hemlaris, dans les Cités-Unies et même chez les Gennemons. C’est une coque compartimentée et étanche sans squelette interne, avec deux à trois mâts portant un gréement de voiles trois quarts flottantes entièrement lattées de bambous ou de bois. Les jonques sont avant tout faites pour le cabotage et les traversées de courte durée. Pour des voyages au long cours, le baichuan est largement plus adapté. Traditionnellement, la jonque est un navire de commerce familiale, l’équipage étant propriétaire du navire comme les marchands qui vivent à bord. Longueur 25 à 50 mètres.

Goélette

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 à 3 20 à 30 +5 16/20 22 aa 2000 ao 2

La goélette est un navire rapide et léger, de haute mer qui compte deux mâts sur Loss, grée par des voiles auriques et carrées. Malgré sa faible capacité comparée aux galions et aux galéasses, il est destiné à devenir le navire de commerce de cabotage et de haute mer le plus courant du monde de Loss, d’autant que son gréement se modernise et devient toujours plus efficace. Longueur 35 à 50 mètres.

Clipper

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 à 4 50 à 80 +10 40/50 60 aa 3000 ao 3

Le clipper est la version grande taille modernisée de la goélette. Nanti de trois mâts à gréement variable, aurique et carré, c’est un navire taillé pour la vitesse et prévu pour transporter une capacité remarquable de fret le plus rapidement possible. Les clippers sont encore très rares et restent des prototypes de haute technologie dont les premiers modèles, nés à Armanth, n’existent que depuis quelques années. Ils vont révolutionner l’exploration maritime et le transport de marchandise, mais c’est une autre histoire. Longueur : 60 à 100 mètres.

Galion

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
4 à 6 60 à 160 +5 130/40* 140 aa 3600 ao 2

Grand navire à plusieurs ponts, nanti de trois mâts à voiles carrées, le galion est considéré comme le maitre des mers et risque de le rester longtemps, même si la goélette et le clipper sont en train de prétendre lui en voler le titre. Puissant, vaste, véritable château des mers, c’est le navire de commerce et de guerre de haute mer le plus répandu. Pour concurrencer les armateurs mettant en circulation des goélettes toujours plus perfectionnés, les galions tendent vers le gigantisme, avec des capacités de charge et des équipages toujours plus imposants. Mais le galion n’a pas qu’une bonne réputation et les marins qui sont servis sur des goélettes le surnomment même : le tombeau flottant, vu la propension de ces navires à couler ou chavirer lors de trop forts grains. Longueur : 70 à 110 mètres. * : la version militaire des galions peut embarquer 250 à 400 soldats et servants de canons.

Baichuan

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
4 à 8 70 à 220 +0 160/100* 180 aa 4000 ao 2

Le baichuan (historiquement : bao-chuan, bateau-trésor) est un vaste navire à trois à cinq mâts au gréement de jonque (voiles trois quarts flottantes entièrement lattées de bambous ou de bois), mais à l’armement et aux capacités comparable à celui d’un galion et, souvent, plus vaste encore. C’est le navire de commerce de haute-mer par excellence de l’Hemlaris et des Cités-Unies. Cependant, si le baichuan est adaptés à la guerre, ils ne font pas vraiment le poids face à des galions et goélettes car, comme les jonques, les baichuan n’ont pas de véritable squelette interne, ce qui nuit à leur intégrité et les rends sensibles aux fortes houles et aux graves avaries. Leurs dimensions posent aussi des problèmes de manoeuvrabilité. Cependant, apercevoir une flotte de baichuans reste un spectacle intimidant, tant ces grands navires ont l’air puissant et énormes sur les mers. Il est fréquent que ces vaisseaux soient le domicile permanent de marchands et leurs familles et qu’une partie de l’équipage soit propriétaire du vaisseau. La flotte navale de l’Empire du Trône de Rubis compte des versions blindées des baichuan, parfois avec six ou huit mâts, véritables concurrents des béhémoths. Longueur : 80 à 140 mètres. * : la version militaire des baichuan peut embarquer 300 à 500 soldats et servants de canons.

Safaareim

moteurs Capacité (tonneaux) Vitesse max Équipage/passagers Entretien prix dispo
2 4 à 8 +10 12/14 14 aa 2100 ao 2

Le « navire des sables » des Nomades des Franges est une sorte de glisseur aux allures de catamaran, doté de deux mâts et d’un gréement latin, qui n’est pas prévu pour la mer, mais pour glisser sur le sable et la terre aride du désert, mu par la sustentation de moteurs à lévitation. Il n’a d’ailleurs pas besoin de moteurs puissants pour cela et flotte rarement à plus de 50 cm du sol. Si sa capacité de port est limitée, son pont est vaste et permets d’accueillir des animaux de bât, utiles en cas d’absence de vent. Voyager à bord d’un safaareim est la manière la plus confortable de traverser le désert. Le navire des sables peut, si nécessaire, caboter et naviguer sur les bras calmes d’un fleuve ou dans les estuaires, au prix d’une certaine perte de manœuvrabilité. Longueur : 25 à 35 mètres. Note : le prix indiqué ici comprend les moteurs à loss, indispensables sur ces navires.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :